«Vous savez, la famille royale aussi a des Rolex»

ROYALE VISITE La foule amassée le long du cortège d’arrivée du président Sarkozy ne parlait que de se femme…

Eric Albert, à Windsor

— 

Mercredi soir, le couple présidentiel retournera à Windsor où la reine les régalera d'un banquet au cérémonial rigoureux: le moindre faux-pas, la moindre entorse au protocole soulèverait d'indignation de nombreux sourcils royaux, et ne manquerait pas d'être abondamment commenté jeudi.
Mercredi soir, le couple présidentiel retournera à Windsor où la reine les régalera d'un banquet au cérémonial rigoureux: le moindre faux-pas, la moindre entorse au protocole soulèverait d'indignation de nombreux sourcils royaux, et ne manquerait pas d'être abondamment commenté jeudi. — Adrian Dennis AFP

Gemma Boid Mauncel fronce les sourcils et durcit soudain son regard. «Nous n’étions pas emballés du mariage de Nicolas Sarkozy.» Cette très chic Anglaise de 71 ans, professeur de français à la retraite, attend le long du château de Windsor l’arrivée du président français pour sa visite d’Etat au Royaume-Uni.

Mais plus que Nicolas Sarkozy, c’est vers sa femme que tous les regards se tournent. «Ce qui nous a gêné, c’est la vitesse du mariage», ajoute-t-elle. Même ces trois adolescents californiens en vacances, venus par hasard à Windsor, ne parle que de la femme du président : « elle est vraiment très belle, je suis très content de pouvoir la voir », s’excite Adam, l'un de ces ados.

Les quelques milliers de visiteurs qui se sont massés le long du château de Windsor pour apercevoir rapidement le carrosse doré de Sa Majesté avec Nicolas Sarkozy à ses côtés, suivi du carrosse du duc d’Edimbourg avec Carla Bruni, sont plutôt tolérants à l’égard des frasques élyséennes. «Franchement, elle est très belle», reconnaît Brian, 71 ans, qui a longtemps travaillé au château de Windsor.

«Nicolas Sarkozy est un homme chanceux. Beaucoup aimeraient être à sa place», ajoute Paul Munro, 24 ans, qui tient un petit magasin de confiseries à Windsor, avec deux petits drapeaux français et britannique à la main.

Et même Gemma Boid Mauncel relativise. «Vous savez, la famille royale aussi a des Rolex. J’ai vu un jour des images du banquet royal et je suis surprend de la quantité de paillettes qu’il y avait.» Pas de clash des cultures donc entre un président nouveau genre et une souveraine britannique gardienne de la tradition ? « La reine en a vu d’autres, s’amuse Gemma. Elle s’est modernisée ces dernières années.»