Drame des migrants: Les corps de seize personnes repêchées entre le Maroc et l'Espagne

TRAGEDIE Quinze des victimes sont originaires d’Afrique subsaharienne, la seizième est de nationalité marocaine…

20 Minutes avec agences

— 

La préfecture de l’enclave espagnole de Melilla a annoncé la mort de 16 migrants, ce samedi 3 février 2018.
La préfecture de l’enclave espagnole de Melilla a annoncé la mort de 16 migrants, ce samedi 3 février 2018. — Capture d'écran/Google Maps

La tragédie des migrants qui perdent la vie en mer en tentant de rejoindre l’Europe se poursuit. Ce samedi, les corps de 16 personnes ont été repêchés au large des côtes marocaines, dans le bras de mer qui les sépare de l’Espagne. Parmi les victimes qui se trouvent à la morgue de Nador, 15 sont originaires d’Afrique subsaharienne et une autre du Maroc.

>> A lire aussi : Migrants: Une centaine de personnes disparues en Méditerranée au large de la Libye

La préfecture de l’enclave espagnole de Melilla, voisine de Nador, une ville du nord-ouest du Maroc, avait auparavant communiqué un bilan de « près d’une vingtaine » de cadavres repêchés en mer par les secours marocains dans leurs eaux territoriales. Plus tard dans la journée, un autre corps a été retrouvé par une patrouille de la garde civile. Dimanche, un hélicoptère des autorités espagnoles poursuivait les recherches.

243 morts dans la Méditerranée

Ce drame montre à quel point la route espagnole est de plus en plus empruntée par les migrants africains qui tentent de rejoindre l’Europe. Les enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta sont les deux seules frontières terrestres entre l’Afrique et l’Union européenne, et des accès privilégiés pour l’immigration clandestine.

L’Espagne serait devenue le deuxième point d’entrée en Europe, derrière l’Italie, avec un total de 1.279 arrivées de migrants par la mer depuis le début de l’année, selon les chiffres communiqués par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Dans le même temps, 243 personnes ont trouvé la mort lors de leur traversée de la Méditerranée, sans compter ceux découverts samedi dernier.

>> A lire aussi : Migrants: 255 personnes parties de la Libye secourues en Méditerranée

« Les migrants étaient auparavant plus nombreux à tenter d’escalader la haute barrière de Melilla », explique Omar Naji, un responsable de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH). Mais avec le « renforcement du dispositif de contrôle de cette barrière, la seule possibilité pour les migrants est de passer par la mer ». Les différentes associations locales dénoncent par ailleurs les mafias qui profitent de la détresse des personnes pour leur soutirer de l’argent et tenter de les faire passer en Europe.