Crise au Tibet et aux JO: le point à 20h02

HEURE PAR HEURE Suivez les derniers développements...

Avec agence

— 

Le dalaï-lama a de nouveau menacé mardi de quitter sa charge de chef spirituel du bouddhisme tibétain si de nouvelles manifestations anti-chinoises violentes se produisaient en Chine ou à l'étranger.
Le dalaï-lama a de nouveau menacé mardi de quitter sa charge de chef spirituel du bouddhisme tibétain si de nouvelles manifestations anti-chinoises violentes se produisaient en Chine ou à l'étranger. — Raveendran AFP
Suivez en direct les derniers développements de la crise au Tibet et de la question du boycott des Jeux olympiques avec 20minutes.fr.

>> Pour retrouver le fil de la journée de mardi, cliquez ici

20h02
- Le président américain George W. Bush a appelé son homologue chinois Hu Jintao mercredi et a exprimé ses inquiétudes sur la situation au Tibet, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

19h47 - Nicolas Sarkozy a déclaré que la solution au problème du Tibet ne pouvait venir «que d'un dialogue entre le dalaï lama et le gouvernement de Pékin», lors d'un discours prononcé devant les deux chambres du Parlement britannique. «Ensemble, nous devons nous battre pour le respect des Droits de l'homme, le respect des entités culturelles et religieuses. C'est le message que le Royaume-Uni et la France doivent porter auprès des autorités chinoises à propos du Tibet.»

18h08 - Le président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, a dénoncé la diabolisation du dalaï lama par les autorités chinoises, qui l'ont accusé d'avoir organisé les troubles au Tibet. «Nous ne pouvons pas permettre que le dalaï lama soit associé au terrorisme. Je fais confiance au dalaï lama», a-t-il affirmé à Bruxelles, en présence du président du parlement tibétain en exil, Karma Chophel.

18h04 - Entre 350 et 400 personnes, selon la police et les organisateurs, se sont rassemblées sur la place du Capitole à Toulouse pour protester contre les récentes violences au Tibet.

17h35 - Reporters sans frontières (RSF) s'est insurgée de l'attitude «inadmissible» d'un gardien de la mission chinoise à Genève, qui s'en est pris à un journaliste et un militant de la cause tibétaine. Un militant pro-Tibet et une équipe de la Télévision suisse romande (TSR) ont été malmenés par un gardien de la mission chinoise auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève mardi alors qu'ils filmaient le mur du bâtiment où un graffiti en grandes lettres rouges dénonçait: «Tibet - Chinois assassins».

16h40
- Pierre Mazeaud, premier Français à avoir gravi l'Everest, s'est prononcé contre un boycott même partiel des Jeux olympiques de Pékin en raison de la situation du Tibet, mais pour l'abrogation de la règle olympique interdisant aux athlètes toute prise de position politique. «J'étais favorable au boycott au moment de Moscou (JO d'été de 1980, après l'intervention soviétique en Afghanistan), je me suis aperçu après que ça n'avait rigoureusement rien fait», a déclaré l'ancien ministre des Sports (1974-76). «Ce que je veux c'est qu'on supprime l'article 51 de la charte olympique qu'on a été rédiger à la suite des JO de Mexico où Smith et Carlos avaient levé le poing. Je souhaite que les athlètes aient une liberté complète d'expression et que par là même ils puissent dire ce qu'ils pensent sur le plan politique.»

16h02 - L'Inde, qui héberge depuis près de 50 ans le dalaï lama et 100.000 Tibétains en exil, a promis mercredi à la Chine un passage sans encombre de la flamme olympique le 17 avril sur son territoire.

15h40
- Les émeutes au Tibet réprimées par la Chine ont fait au moins 135 morts et 1.000 blessés, et 400 personnes environ ont été arrêtées depuis le 10 mars, a affirmé mercredi le président du parlement tibétain en exil Karma Chophel.

15h27
- Le président de la République Nicolas Sarkozy doit poser deux exigences pour participer à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin, a estimé le secrétaire général de Reporters sans Frontières Robert Ménard. D'abord la libération de 30 détenus, figurant sur une «liste élaborée par toutes les organisations de défense des Droits de l'homme, qui regroupe les personnes détenues dans les conditions les plus épouvantables, les plus vieux, les plus malades». Nicolas Sarkozy doit également «exiger que les journalistes puissent travailler et témoigner de ce qui se passe en Chine». «J'espère que tous les journalistes qui vont aller à Pékin vont demander une autorisation pour aller à Lhassa, pour montrer qu'ils n'oublient pas ce qui s'y passe et qu'ils exigent des autorités chinoises de se déplacer comme ils l'entendent.»

14h37 -
Le député européen Daniel Cohn-Bendit (Verts) estime qu'il faut «foutre le bordel à Pékin» pendant les JO et appelle tous les pays de l'UE à boycotter la cérémonie d'ouverture.

14h07 -
Le palais du Potala, résidence du dalaï lama à Lhassa avant son exil en Inde en 1959, rouvre ses portes après avoir été fermé pour des raisons de sécurité après les émeutes de Lhassa, indique l'agence Chine Nouvelle.

13h23 -
Le groupe d'information du Sénat sur le Tibet adopte une douzaine de «propositions d'actions» en faveur du peuple tibétain, parmi lesquelles la «menace de boycott» de la cérémonie d'ouverture des JO.

13h10 -
Les députés Nouveau Centre (NC) appellent la France à devenir «le porte-parole» de l'UE, lors des JO de Pékin, afin de «faire pression» sur la Chine «pour que ce pays évolue vers la démocratie».

12h59 -
La flamme olympique arrivera en France en Eurostar en provenance de Londres le 7 avril et restera 24 heures à Paris avant de repartir pour les Etats-Unis et San Francisco, indiqu le Comité national olympique et sportif français (CNOSF).

12h40 -
Le nouveau porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, l'affirme: Nicolas Sarkozy prendra sa décision «le moment venu et en fonction de l'évolution de la situation» concernant une éventuelle réception du dalaï lama à l'Elysée.

11h30 - Un représentant de l'ambassade de Chine à Paris compar les violences au Tibet à une série d'arrestations menée en février par la police à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), dans la banlieue nord de Paris.

9h51 -
Le vice-Premier ministre et ministre des Finances belge Didier Reynders n'exclut pas l'éventualité d'un boycott des JO si la situation continuait de se dégrader au Tibet, dans un entretien paru mercredi au quotidien «Le Soir».

9h41 -
La Chine appelle de nouveau à «ne pas politiser» les JO de Pékin, en réaction à la mise en garde du président français Nicolas Sarkozy qui n'exclut pas un boycottage de la cérémonie d'ouverture.

9h30 -
L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, vice-président de l'UMP, estimé sur RTL qu'un boycott lors des jeux Olympiques de Pékin serait un «échec de la diplomatie», et propos l'envoi d'un émissaire en Chine pour «porter le message de la France».

8h39
- La Chine se déclare opposée à tout contact officiel entre le dalaï lama et des responsables français, dans une réaction aux propos mardi de la secrétaire d'Etat française aux droits de l'Homme, Rama Yade.

00h27 - La présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, se déclare à nouveau opposée à un boycottage des Jeux olympiques de Pékin pour protester contre la répression chinoise au Tibet.

23h55 - Le président vénézuélien Hugo Chavez affirme que la violence au Tibet est le fruit «d'un plan des Etats-Unis» en vue d'un boycottage des Jeux olympiques en Chine, avant de déclarer «appuyer avec passion» la célébration des compétitions.

DOSSIER

A lire, notre dossier sur les JO