Il fait toujours bon vivre à Londres

DE NOTRE CORRESPONDANT «Revenez!» Nicolas Sar­kozy va-t-il répéter, lors de la réception qu'il doit offrir demain en l'honneur de la communauté française, le cri du coeur qu'il avait lancé aux Français de Londres il y a plus d'un an, en pleine campagne présiden­tielle ?...

A Londres, Eric Albert

— 

A. Denis / AFP

«Revenez!» Nicolas Sar­kozy va-t-il répéter, lors de la réception qu'il doit offrir jeudi en l'honneur de la communauté française, le cri du coeur qu'il avait lancé aux Français de Londres il y a plus d'un an, en pleine campagne présiden­tielle? Alors que le Président entame aujourd'hui une visite d'Etat de deux jours au Royaume-Uni, les Français de Londres n'ont en effet jamais été aussi nombreux. Ils seraient au moins 250.000 à être installés dans la capitale britannique, une hausse de 50% depuis l'an 2000.

«Ici, je peux écrire Mohamed sur mon badge, ça ne gêne personne.» En France, Mo­hamed Latbi, 23 ans, n'avait qu'un travail d'éboueur après un BTS «force de ventes». Débarqué à Londres en octobre 2006, il devient, au bout de trois semaines, réceptionniste dans un hôtel avant d'être débauché pour un autre job. «Il est hors de ques­tion que je rentre en France», affirme quant à lui Guillaume Arth, installé à Londres depuis 1999. Ce jeune entrepreneur a créé il y a dix-huit mois son agence de consultants en télécommunications, doublée d'un label de musique.

Ces expatriés reconnaissent que la capitale britannique pose des problèmes: la vie chère, les logements exigus, les transports publics régulièrement en panne. Mais tous parlent des bienfaits de la flexibilité britannique. Et surtout, de l'ouverture culturelle. Londres est ainsi devenu, en moins de dix ans, la 20e ville française en nombre d'habitants.

>>>> Sur 20minutes.fr, suivez toute la journée anglaise de Nicolas Sarkozy, grâce à notre correspondant...