Brésil: Une caisse de retraite demande au président de prouver qu'il est vivant

MORT-VIVANT Scénario complètement improbable au Brésil...

G. N. avec AFP

— 

Michel Temer à Brasilia, le 31 janvier 2018.
Michel Temer à Brasilia, le 31 janvier 2018. — Joedson Alves/EFE/SIPA

Une caisse de retraite brésilienne a exigé de Michel Temer qu’il se présente en personne dans ses bureaux pour prouver qu’il était encore en vie. La caisse nationale des retraités a cessé de verser sa pension de retraite en novembre et en décembre au président, 77 ans, à la tête du plus grand pays d'Amérique latine, avançant l’absence de preuve qu’il n’était pas mort.

>> A lire aussi : Plus de 16,3 millions de dollars retrouvés cachés dans la maison d’un ancien ministre brésilien

Michel Temer, qui a droit depuis ses 60 ans à une pension de retraite en tant qu’ancien procureur de Sao Paulo, a omis de se soumettre à une obligation imposée à tous les retraités au Brésil, qui doivent se présenter une fois par an au guichet de leur caisse de retraite pour déclarer en personne qu’ils sont encore de ce monde.

Un « traitement égalitaire »

Dans une interview samedi à la chaîne RedeTV, Michel Temer a plaisanté en évoquant cette mésaventure bureaucratique, rapportée cette semaine par le journal O Globo. Il s’est dit « heureux d’être traité comme un Brésilien ». « Je dois me présenter pour prouver que je suis en vie. Je pense qu’il s’agit d’un traitement égalitaire », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Le président Michel Temer promet «une nouvelle ère»

Michel Temer, qui bat des records d’impopularité, a dû subir l’année dernière trois interventions d’angioplastie sur ses artères coronaires et la mise en place de deux stents. Il a aussi subi une opération de la prostate. Il a assuré qu’il se sentait à présent « bien, vraiment bien ».

Coïncidence pour lui peu réjouissante, son plus grand défi au cours des semaines à venir sera de tenter de convaincre le Congrès d’approuver une réforme impopulaire du très coûteux système des retraites du pays. Affirmant que ces réformes étaient cruciales pour la santé de l’économie brésilienne, le président a déclaré à RedeTV qu’il lui manquait une quarantaine de voix pour parvenir à un accord. Il a également appelé le Congrès à procéder à un premier vote d’ici fin février.