Tunisie: Emmanuel Macron en visite à Tunis «pour soutenir la fragile démocratie»

DIPLOMATIE La présidence française a indiqué qu’une série d’accords économiques, sécuritaire, universitaires et culturels seront signés…

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron le 3 janvier 2017 à l'Elysée.
Emmanuel Macron le 3 janvier 2017 à l'Elysée. — Ludovic Marin/AP/SIPA

C’est une visite placée « sous le signe de l’optimisme ». Le président français Emmanuel Macron est attendu ce mercredi en Tunisie pour « soutenir la transition démocratique » de ce pays fragilisé par les difficultés économiques et sociales, sept ans après sa révolution.

Le président français arrivera en milieu d’après-midi à Tunis, deux semaines après une nouvelle poussée de fièvre marquée par des manifestations, dont certaines ont dégénéré en émeutes nocturnes, dans plusieurs villes tunisiennes.

« La relation avec la Tunisie est prioritaire »

Mais le président Macron place sa visite d’État, la première à ce niveau dans un pays arabe depuis son élection, « sous le signe de l’optimisme ». Il s’agit d'« apporter son soutien à l’expérience démocratique tunisienne, qui est la seule expérience de transition réussie après les Printemps arabes » de 2011, selon l’Élysée. Le chef de l’État le fera en particulier en s’adressant jeudi aux députés à l’Assemblée du peuple et en rencontrant des responsables de la dynamique société civile.

>> A lire aussi : Près de 800 arrestations depuis le déclenchement des troubles

« La relation avec la Tunisie est prioritaire » car les liens entre les deux pays « sont exceptionnels », avait-il déclaré en recevant son homologue Béji Caïd Essebsi, 91 ans, en décembre à l’Élysée.

Une série d’accords économiques, sécuritaire, universitaires et culturels seront signés

Mais, au-delà des mots, les Tunisiens réclament surtout des gestes concrets de la part de l’ancienne puissance coloniale. « Ils n’attendent plus grande chose des promesses de soutien des responsables étrangers et n’y croient qu’à moitié », souligne le politologue tunisien Selim Kharrat. « En 2011, on nous avait promis un plan Marshall et des aides exceptionnelles qui ne sont jamais venues. Plus récemment, beaucoup de promesses ont été faites dans le cadre du sommet Tunisie 2020, mais on voit que c’est rarement suivi par des faits palpables sur le terrain et dans le vécu du Tunisien lambda », selon lui.

>> A lire aussi : «La transition démocratique est un modèle, mais cela ne donne pas à manger»

La présidence française indique qu’une série d’accords économiques, sécuritaire, universitaires et culturels seront signés à l’occasion des entretiens avec le président Essebsi et le Premier ministre Youssef Chahed. Le chef de l’État français sera accompagné de son épouse Brigitte, de plusieurs ministres, dont Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères) et Jean-Michel Blanquer (Éducation), de deux jeunes députées d’origine tunisienne du parti présidentiel (Sonia Krimi et Anissa Khedher), d’artistes et d’hommes d’affaires comme Stéphane Richard (Orange) et Xavier Niel (Iliad).