Conflit israélo-palestinien: Le ton monte entre Donald Trump et les Palestiniens

TENSIONS Le porte-parole de la présidence palestinienne a rejeté toute tractation sous médiation américaine tant que Washington ne reviendrait pas sur la décision de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président américain Donald Trump
Le président américain Donald Trump — NICHOLAS KAMM / AFP

Le ton montre entre Donald Trump et les Palestiniens. Le président américain a menacé ce jeudi de couper net l'aide américaine si les Palestiniens ne revenaient pas aux négociations de paix.

« Ils nous ont manqué de respect la semaine dernière en refusant de recevoir notre excellent vice-président » Mike Pence, a déclaré Donald Trump, lors d'une chaleureuse rencontre avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, au Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

« Refuser de rencontrer votre oppresseur, ce n'est pas manquer de respect »

« Nous leur avons donné des centaines de millions » et « cet argent ne leur sera plus versé à moins qu'ils ne s'assoient et négocient la paix », a-t-il ajouté, alors que les négociations sont au point mort depuis 2014.

La réponse n'a pas tardé : « Refuser de rencontrer votre oppresseur, ce n'est pas manquer de respect, c'est se respecter soi-même », a déclaré à l'AFP Hanane Achraoui, haute dirigeante de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina, a de nouveau rejeté toute tractation sous médiation américaine tant que les Etats-Unis ne reviendraient pas sur la décision annoncée le 6 décembre de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

>> A lire aussi : Mike Pence confirme l'ouverture de l'ambassade américaine avant fin 2019

Benjamin Netanyahou disposé à négocier

« L'administration américaine continue à s'exclure de la table des négociations si elle ne revient pas sur sa décision de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël », a-t-il dit à l'AFP.

Le secrétaire général de l'OLP Saëb Erakat a quant à lui accusé le président Trump de se « livrer à un chantage et de punir le peuple palestinien ».

De son côté, un Benjamin Netanyahou tout sourire après son entretien avec le président américain s'est dit disposé à négocier. « Je suis prêt pour la paix, je l'ai expliqué au président Trump », a déclaré le Premier ministre israélien à quelques journalistes. « Je lui ai réaffirmé ma volonté, et la volonté d'Israël, d'engager un effort pour parvenir à la paix avec les Palestiniens ».

>> A lire aussi : Mahmoud Abbas va demander à l’UE de reconnaître l’État de Palestine

Les dirigeants palestiniens avaient refusé de voir le vice-président américain qui a effectué une courte tournée en Egypte, Jordanie et Israël du 20 au 23 janvier.

« Le sujet le plus difficile des discussions était Jérusalem. Nous avons retiré Jérusalem (des pourparlers), donc nous n'avons plus à en discuter », a martelé Donald Trump jeudi à Davos. « Nous avons une proposition de paix. C'est une excellente proposition pour les Palestiniens (...) nous allons voir ce qu'il se passe », a-t-il poursuivi.

Les Israéliens « veulent faire la paix et j'espère que les Palestiniens veulent faire la paix. S'ils le souhaitent, tout le monde sera satisfait au final », a-t-il conclu.