VIDEO. Suisse: Emmanuel Macron et Angela Merkel en vedette du ghota de l’économie mondiale à Davos ce mercredi

RESEAU Le président français aura à cœur de continuer à faire la promotion de la « marque » France…

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau au Forum économique mondial de Davos, le 23 janvier 2018.
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau au Forum économique mondial de Davos, le 23 janvier 2018. — FABRICE COFFRINI / AFP

La chancelière allemande Angela Merkel, considérée par certains comme affaiblie, et Emmanuel Macron, qui a au contraire déjà conquis une partie des participants, sont ce mercredi en vedette du Forum économique mondial de Davos.

>> A lire aussi : VIDEO. Les 1% les plus riches ont accaparé 82% de la richesse mondiale créée en 2017

Qui donc fera le meilleur contre-poids au président américain, attendu ce jeudi, avec tout son état-major, dans la très chic station de ski suisse, où il vantera certainement dans son discours de vendredi « L’Amérique d’abord » ?

Merkel « entravée », condamnée à rester « dans l’ombre » de Macron

Beaucoup parient à Davos sur le président français, qui a reçu ce lundi en grande pompe à Versailles nombre de grands patrons en route pour Davos, pour les convaincre de « choisir la France ». La chancelière allemande, occupée à constituer laborieusement un gouvernement de coalition, s’était faite plus discrète sur la scène internationale depuis les élections de septembre en Allemagne.

>> A lire aussi : Speed-dating, «no camera» et chef étoilé: Comment Macron a dragué les multinationales à Versailles

Le quotidien économique Handelsblatt estime même dans un éditorial que c’est une chancelière « entravée » qui vient à Davos, condamnée à rester « dans l’ombre » d’Emmanuel Macron comme de Donald Trump. Le discours du président américain est ainsi très attendu, lui qui bouscule le libre-échange sans entraves tel que le promeut le Forum de Davos.

Theresa May arrivera jeudi

« Il est loin le temps où Merkel​ pouvait considérer que l’Europe s’en sortirait sous sa seule direction, avec une France très faible », écrit Judy Dempsey, dans une note pour l’institut de réflexion Carnegie Europe. Et d’ajouter : « Emmanuel Macron a radicalement modifié le mouvement, le rythme et l’ambition de l’Union européenne. »

Au-delà de la France et de l’Allemagne, d’autres responsables européens tâcheront de gagner les faveurs de Davos ce mercredi. Le Premier ministre italien Paolo Gentiloni, par exemple, qui vient faire un discours moins de deux mois avant les élections dans son pays.

>> A lire aussi : Davos: Des «discussions d'un niveau intellectuel très élevé»... D'accord, mais à quoi ça sert?

Mais Davos devra patienter jusqu’à jeudi pour entendre la Première ministre britannique Theresa May, et espérer en savoir plus sur les négociations entre Londres et l’Union européenne autour du « Brexit ».