Émirats: Le Louvre Abu Dhabi «oublie» le Qatar sur une carte géographique puis corrige son erreur

POLÉMIQUE La péninsule qatarie a été « oubliée » sur une carte géographique de la région affichée dans le musée…

20 Minutes avec agences

— 

Le Louvre Abu Dhabi, aux Émirats Arabes unis, inauguré en novembre 2017.
Le Louvre Abu Dhabi, aux Émirats Arabes unis, inauguré en novembre 2017. — GIUSEPPE CACACE/AFP

Un simple petit oubli. Le Louvre Abu Dhabi, situé aux Émirats arabes unis, a annoncé lundi avoir « remplacé » une carte de la péninsule arabique sur laquelle le Qatar avait tout bonnement été oublié. Cette omission avait provoqué une nouvelle controverse entre les « frères ennemis » du Golfe.

La carte se trouvait dans une partie du musée réservée aux enfants, pour donner du contexte aux œuvres présentées. Dans un communiqué, le musée a parlé de « négligence » et « d’inexactitude » et précisé que l’erreur avait été corrigée.

Polémique moyen-orientale

La présidente des musées du Qatar, Al Mayassa Al-Thani, avait relevé l’erreur le 19 janvier et alpagué le Louvre sur Twitter : « À travers l’Histoire, les musées ont toujours été une source de référence » où les gens « acquièrent des connaissances sur les cultures du monde ».

La présidente avait demandé ironiquement à l’institution si elle approuvait cette omission, « bien que la notion de musées soit nouvelle pour Abu Dhabi ».

Le lendemain, le ministre d’État émirati aux Affaires étrangères Anwar Gargash avait répliqué qu’Al Mayassa Al-Thani avait « perdu le sens des proportions » devant cette « petite inexactitude », ajoutant : « La culture prévaudra ».

Des tensions régionales

Le Louvre Abu Dhabi a été inauguré en novembre par le président français Emmanuel Macron, comme un « un musée universel qui célèbre l’échange entre les cultures et la tolérance ».

Le 5 juin, les Émirats, l’Arabie saoudite, Bahreïn et l’Égypte avaient rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar en accusant ce pays de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l’Iran, grand rival régional des Saoudiens. Doha a rejeté en bloc les accusations et accusé en retour ces États de chercher à mettre sa politique étrangère « sous tutelle ».