Catalogne: Carles Puigdemont officiellement candidat à la présidence de la région

VOTE Carles Puigdemont est aujourd’hui à Copenhague pour participer à un colloque sur la Catalogne et l’Europe…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président catalan, Carles Puigdemont, à Bruxelles, le 12 janvier 2018.
Le président catalan, Carles Puigdemont, à Bruxelles, le 12 janvier 2018. — Virginia Mayo/AP/SIPA

La candidature de l’indépendantiste Carles Puigdemont à la présidence de la Catalogne est désormais officielle, validée lundi par le chef du parlement régional. Malgré l’opposition de Madrid, Roger Torrent a effectivement proposé aux députés la candidature de l’indépendantiste en vue de son investiture.

>> A lire aussi : Malgré la menace de mandat d'arrêt international, Carles Puigdemont est arrivé à Copenhague

Roger Torrent a fait cette annonce lors d’une brève allocution devant la presse à Barcelone, en estimant qu’une nouvelle candidature du président catalan en exil et destitué par Madrid était « absolument légitime ».

Le leader catalan est installé en Belgique depuis le 30 octobre

Roger Torrent, membre de la Gauche républicaine de Catalogne, a par ailleurs annoncé avoir adressé une lettre au président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Si la candidature de Carles Puigdemont est soutenue par les deux grands partis séparatistes de la chambre [qui à eux deux disposent de 66 élus sur 135], un problème demeure : le leader catalan est installé en Belgique depuis le 30 octobre. Et s’il rentre en Espagne, il sera immédiatement placé en détention [comme son ancien vice-président] en tant qu’inculpé pour « rébellion » et « sédition ».

Le gouvernement espagnol veut contester la candidature

A noter que d’ici à la fin du mois, le parlement catalan dominé par les indépendantistes tiendra en principe une session d’investiture au cours de laquelle il débattra sur sa candidature à distance. Les juristes du parlement catalan ont cependant estimé qu’une investiture à distance serait contraire au règlement de la chambre. L’opposition et le gouvernement avaient aussi annoncé qu’ils contesteraient cette candidature devant la Cour constitutionnelle.

Il faut désormais qu’elle soit inscrite à l’ordre du jour du parlement catalan, qui doit en débattre au cours d’une session suivie d’un vote qui pourrait se tenir sur deux jours, à la fin du mois. La date n’a pas encore été annoncée.