Catalogne: Malgré la menace de mandat d'arrêt international, Carles Puigdemont est arrivé à Copenhague

POLITIQUE L'ancien président catalan destitué par Madrid est poursuivi en Espagne pour «rébellion», «sédition» et «malversation de fonds»...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien président catalan destitué par Madrid, Carles Puigdemont, est arrivé lundi 22 janvier 2018 à Copenhague en dépit de la menace d'un mandat d'arrêt international qui le guette.
L'ancien président catalan destitué par Madrid, Carles Puigdemont, est arrivé lundi 22 janvier 2018 à Copenhague en dépit de la menace d'un mandat d'arrêt international qui le guette. — SIPA

L’ancien président catalan destitué par Madrid, Carles Puigdemont, est arrivé peu après 8h30 (7h30 GMT) à l’aéroport de Kastrup-Copenhague (Pays-Bas). En exil volontaire en Belgique depuis le 30 octobre, Carles Puigdemont doit participer dans la capitale danoise à un colloque sur la Catalogne et l’Europe pérvu cet après-midi à 14 heures.

>> A lire aussi : Catalogne: Le parquet belge requiert l'exécution du mandat d'arrêt contre Puigdemont

Le chef de file séparatiste, poursuivi en Espagne pour « rébellion », « sédition » et « malversation de fonds » en lien avec la tentative de sécession, est arrivé sans faire de déclaration, et en dépit de la menace d’un mandat d’arrêt international qui le guette en quittant la Belgique.

En pleines négociations sur le choix du président de la Catalogne

Le parquet espagnol a en effet demandé lundi au juge en charge de l’enquête sur le président destitué de Catalogne de relancer le mandat d’arrêt européen qui vise l’indépendantiste exilé en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice espagnole. Le juge n’est pas tenu d’accéder à la demande du parquet, formulée après l’arrivée à Copenhague.

Le voyage de Carles Puigdemont a lieu en pleines négociations sur le choix du président de la Catalogne, à l’issue des élections du 21 décembre dans la région où les indépendantistes ont retrouvé une majorité absolue en sièges au parlement

>> A lire aussi : Catalogne: La province restera sous tutelle si Puigdemont tente de la diriger depuis Bruxelles

Lundi, le président du parlement catalan doit d’ailleurs annoncer quel candidat il propose aux élus pour diriger la région. Carles Puigdemont est le principal candidat mais veut être investi à distance, pour éviter d’être arrêté son arrivée sur le sol espagnol.