Emmanuel Macron au Royaume-Uni pour un nouveau traité sur les migrants

COOPERATION Le Royaume-Uni s’est d’ores et déjà engagé à augmenter de 44,5 millions de livres sa contribution à Calais…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron le 11 janvier 2017 à Rome.
Emmanuel Macron le 11 janvier 2017 à Rome. — Camilla Morandi/Shutter/SIPA

Le président français Emmanuel Macron se rend au Royaume-Uni ce jeudi pour un sommet avec la Première ministre Theresa May, avec laquelle il doit signer un nouveau traité sur la question des migrants souhaitant traverser la Manche.

>> A lire aussi : A Calais, Emmanuel Macron a eu «un débat franc et sans tabou» avec les migrants et les associations

Après un déjeuner privé, les deux dirigeants se rendront à Sandhurst, au sud-ouest de Londres. Ils aborderont également des questions relatives à la défense, l’environnement et l’éducation, a annoncé le gouvernement britannique.

Une meilleure prise en charge des mineurs isolés étrangers

Selon l’Elysée, ils signeront un « nouveau traité qui complétera les accords du Touquet », en vigueur depuis 2004. Ces accords ont fixé la frontière britannique à Calais, ville d’entrée dans le tunnel sous la Manche, où depuis dix ans viennent s’échouer des milliers de migrants cherchant à rejoindre le Royaume-Uni.

Macron compte exiger du Royaume-Uni une meilleure prise en charge des mineurs isolés étrangers (MIE), ainsi qu’un renforcement des contributions britanniques financières et policières à Calais.

Des accords du Touquet « très bénéfiques au Royaume-Uni »

Sur les quelque 2.000 mineurs pris en charge après le démantèlement de la « Jungle », le Royaume-Uni, qui s’était engagé à accueillir tous les enfants isolés ayant de la famille sur place et à étudier les dossiers des mineurs « vulnérables », en a finalement accueilli 769, selon les chiffres du ministère britannique de l’Intérieur.

>> A lire aussi : Comment Macron va défendre sa politique migratoire à Calais

A Londres, un porte-parole du gouvernement a reconnu que les accords du Touquet étaient « très bénéfiques au Royaume-Uni ». Le gouvernement britannique va ainsi annoncer ce jeudi qu’il augmente de 44,5 millions de livres (50,5 millions d’euros) sa contribution financière à Calais et sur les côtes françaises pour renforcer la sécurité à la frontière.

Nouvelle coopération dans le domaine de la défense

Le sommet comportera également un large aspect défense. Le gouvernement britannique a annoncé ce mercredi l’envoi de trois hélicoptères de la Royal Air Force pour épauler les forces françaises dans la région du Sahel, ainsi qu’un renforcement de l’aide financière versée à la région.

Parallèlement, la France a accepté d’engager des troupes en 2019 dans le groupement de combat de l’Otan, situé en Estonie et dirigé par le Royaume-Uni. Ce déploiement vise à renforcer la « dissuasion face à l’affirmation croissante de la Russie », a précisé Downing Street.