Les habitants des Territoires palestiniens doivent s'organiser après l'annonce du gel de l'aide américaine

DOTATION Les Etats-Unis ont décidé de ne pas verser près de 65 millions de dollars…

20 Minutes avec AFP

— 

Image d'illustration de l'agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA).
Image d'illustration de l'agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA). — Said Khatib AFP/Archives

L’annonce par les Etats-Unis d’un gel de leur aide aux réfugiés palestiniens a sonné l’alarme dans les Territoires, où des centaines de milliers de personnes dépendent de l’assistance internationale pour se soigner, apprendre ou travailler.

>> A lire aussi : Que se passera-t-il si Trump supprime l'aide financière aux Palestiniens?

L’UNRWA, l’agence de l’ONU impactée, a indiqué mercredi faire face à sa « plus grave crise financière » depuis sa création il y a près de 70 ans.

Cet organisme onusien, établi en 1949, apporte son aide à une grande partie des plus de cinq millions de Palestiniens enregistrés comme réfugiés dans les Territoires, en Jordanie, au Liban ou en Syrie, survivants ou descendants des centaines de milliers de Palestiniens jetés sur les routes lors de la première guerre israélo-arabe en 1948.

Le montant de la contribution américaine divisée par deux

Le département d’Etat américain a annoncé mardi retenir jusqu’à nouvel ordre le versement de 65 millions de dollars à l’UNRWA, sur les 125 millions de contribution volontaire américaine prévus. L’administration Trump livre depuis des mois à l’ONU un bras de fer sur une bonne utilisation des contributions américaines. Elle réclame à ce titre une révision « en profondeur » du fonctionnement et du financement de l’UNRWA, dont elle a été de loin le principal bailleur de fonds en 2017, à hauteur de 350 millions de dollars.

>> A lire aussi : Jérusalem: Une station de train baptisée «Donald John Trump»

Les Américains s’en prennent par ailleurs à l’UNRWA dans une période de grave détérioration des relations avec l’Autorité palestinienne : les dirigeants palestiniens ont dénoncé cette nouvelle mesure comme une concession supplémentaire aux Israéliens et une nouvelle hypothèque imposée en leur faveur sur un règlement de plus en plus incertain du conflit.