Jérôme Kerviel, libre mais sous contrôle

Pauline Mouhanna (avec AFP) - ©2008 20 minutes

— 

Après cinq semaines de détention provisoire, Jérôme Kerviel a quitté hier la prison de la Santé. Le trader, à qui la Société générale impute une perte record de 4,9 milliards d'euros, est toujours mis en examen pour « abus de confiance, faux et usage de faux et introduction dans un système de traitement automatisé de données ». C'est la cour d'appel de Paris qui a ordonné sa remise en liberté. Le parquet général, qui avait requis son maintien en détention vendredi, a annoncé qu'il ne se pourvoirait pas en cassation.

La décision de libération est donc définitive. Cependant, Kerviel, 31 ans, sera soumis à un strict contrôle judiciaire. Il lui est interdit de quitter l'Ile-de-France sans autorisation et il devra justifier chaque mois de sa résidence. Il n'a pas le droit de rencontrer des témoins ni des protagonistes de l'affaire. De son côté, la Société générale, qui avait plaidé la semaine dernière pour son maintien en détention, s'est dite satisfaite du contrôle judiciaire. « La Société générale est victime, je considère que les victimes ne sont pas là pour crier vengeance mais pour obtenir réparation de leur préjudice », a affirmé l'avocat de la banque, Jean Veil.