Australie: Les chercheurs ont pour défi de sauver la Grande Barrière de corail

ENVIRONNEMENT Les coraux blanchissent et pourraient à terme disparaître…

20 Minutes avec AFP

— 

La Grande Barrière de corail est menacée par le réchauffement climatique. (image d'illustration)
La Grande Barrière de corail est menacée par le réchauffement climatique. (image d'illustration) — GREAT BARRIER REEF, AUSTRALIE

Qui trouvera une solution pérenne ? L’Australie, impuissante face à la dégradation de la Grande Barrière de corail, a lancé un appel aux scientifiques du monde entier, leur promettant des centaines de milliers d’euros pour trouver des solutions pour protéger ce joyau.

>> A lire aussi : Des scientifiques réussissent une transplantation de corail sur la Grande barrière

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1981, la Grande barrière s’étend sur environ 345.000 km2 le long de la côte australienne et constitue le plus vaste ensemble corallien du monde.

Une enveloppe de plus d’un million d’euros

Elle a récemment subi plusieurs épisodes sans précédent de blanchissement de ses coraux, un phénomène dû au réchauffement climatique. Mais ses récifs sont également menacés par l’acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux, par les activités industrielles ou agricoles.

>> A lire aussi : La Grande barrière de corail vaudrait 37 milliards d'euros

Mardi, le gouvernement australien a annoncé une enveloppe de deux millions de dollars australiens (1,2 million d’euros) pour aider les chercheurs qui auraient des idées pour sauver la Grande Barrière. « Il faut une réflexion à la hauteur de l’importance du problème », a déclaré le ministre australien de l’Environnement Josh Frydenberg.

Six mois pour tester la viabilité technique du projet

Il a indiqué que cette enveloppe serait mise à disposition des « plus grands esprits scientifiques, industriels, économiques, innovants et entrepreneuriaux ». « Les solutions peuvent être diverses, de la réduction de l’exposition des coraux aux facteurs de perturbation physique au renforcement des taux de régénération des coraux par la culture de larves attirant d’autres espèces marines importantes », a poursuivi le ministre.

Jusqu’à 250.000 dollars australiens pourront être alloués dans une phase initiale de faisabilité, au cours de laquelle les chercheurs pourront tester la viabilité technique et commerciale de leurs propositions pendant six mois. Un million de dollars australiens iront au meilleur projet pour la « preuve du concept », la phase où les chercheurs développent et testent leur solution pendant une période allant jusqu’à 12 mois.

Quatre épisodes graves de blanchiment

Le blanchissement des coraux est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration. Il est provoqué par la hausse de la température de l’eau, qui entraîne l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments. Les récifs peuvent s’en remettre si l’eau refroidit, mais ils peuvent aussi mourir si le phénomène persiste.

>> A lire aussi : Le blanchissement des coraux de la Grande barrière serait plus grave que prévu

Or la Grande Barrière a connu quatre épisodes graves de blanchissement ces 20 dernières années, en 1998, 2002, 2016 et 2017.