VIDEO. Japon: Un magasin vend des fugus sans en retirer la partie empoisonnée et met la ville en alerte

JAPON Le foie du poisson peut contenir de la tétrodotoxine, un poison contre lequel il n'existe aucun antidote...

M.C.

— 

Un fugu dans un restaurant à Tokyo.
Un fugu dans un restaurant à Tokyo. — YOSHIKAZU TSUNO / AFP

Course contre la montre dans une petite ville du centre du Japon pour récupérer des barquettes de fugu. Un supermarché de Gamagori, dans le département d’Aichi, non loin de Nagoya, a mis en vente les poissons lundi sans en retirer les parties toxiques, qui contiennent un poison violent.

C’est un client du magasin, qui après avoir acheté une barquette de fugu, aussi appelé poisson-globe car il se gonfle quand il se sent menacé, a signalé aux services de santé locaux qu’elle contenait également le foie du poisson. Tout comme les ovaires, les intestins et la peau, cet organe peut contenir de la tétrodotoxine, un poison contre lequel il n’existe aucun antidote.

L’une des barquettes avait déjà été consommée

La ville a activé un système d’alerte, diffusant un message par haut-parleurs pour prévenir ses habitants de ne pas manger de fugu. Selon le quotidien Asahi, ce sont sept barquettes qui auraient été préparées au total, donc cinq ont été vendues. Le supermarché précise au journal que quatre d’entre elles ont pu être récupérées. Un cinquième client avait en revanche déjà mangé le poisson, mais ne présenterait pas de problèmes de santé.

« Cela fait des dizaines d’années qu’on en vend, et il n’y a jamais eu de problème », a déclaré le directeur du supermarché devant les caméras de télévision japonaises. « Manger du foie de fugu peut paralyser les nerfs-moteurs, et dans le cas le plus grave, causer un arrêt respiratoire menant à la mort », ont cependant rappelé les autorités locales. Le ministère de la Santé a souligné que la vente du foie était strictement interdite.

Plusieurs accidents mortels recensés chaque année

Pour les connaisseurs, le picotement provoqué sur les lèvres au contact d’une minuscule quantité du poison ajoute au plaisir de la dégustation de ce mets de prix à la chair sucrée qui, lorsqu’il est débarrassé de ses parties dangereuses, peut être consommé cru ou cuit. Le poisson mesure 25 cm environ, et jusqu’à 40 cm pour les plus gros spécimens.

Il faut environ cinq ans à un cuisinier pour obtenir son examen d’agrément à la préparation du fugu, une réglementation très stricte qui explique le nombre relativement faible d’accidents mortels. Le ministère de la Santé japonais en a recensé 14 en 2016, des dizaines d’autres personnes souffrant d’effets secondaires.