Le Pape s'envole vers le Chili et le Pérou pour son 22e voyage à l'étranger

VISITE Deux déplacements qui s’annoncent difficiles…

20 Minutes avec AFP
— 
Le Pape François au Vatican, le 24 janvier 2018. (image d'illustration)
Le Pape François au Vatican, le 24 janvier 2018. (image d'illustration) — VINCENZO PINTO / AFP

Le pape François s’est envolé ce lundi matin pour son 22e voyage à l’étranger, qui le mènera d’abord au Chili (du 15 au 18 janvier) puis au Pérou (du 18 au 21 janvier).

>> A lire aussi : Pour 2018, le pape François souhaite un avenir de paix à tous

Le souverain pontife de 81 ans, parti à 8 heures de l’aéroport Fiumicino de Rome, doit parcourir 12.500 km en avion en 15h40 de vol, survolant dix pays dont son Argentine natale.

Séisme au Pérou, scandale de pédophilie au Chili

A la veille de son départ, au moins deux personnes ont été tuées et 65 blessées, dans un séisme de magnitude 7,3 qui a frappé ce dimanche matin le sud du Pérou, pays qui se trouve dans une zone de forte activité sismique. Le déplacement du pape s’annonce mouvementé aussi sur le fond, de l’aveu même du numéro deux du Vatican, le cardinal Pietro Parolin qui a admis la semaine dernière : « ce ne sera pas un voyage simple ».

>> A lire aussi : Pour son «urbi et orbi», le pape appelle à «la paix pour Jérusalem» et «une reprise du dialogue»

Sa visite au Chili, où le clergé a été secoué par des scandales de pédophilie, pourrait ainsi être ponctuée de manifestations d’associations internationales de victimes d’abus sexuels. En fin de semaine, plusieurs églises de Santiago du Chili ont été la cible d’attaques, parfois avec des engins incendiaires, œuvre possible de groupes anarchistes.

A la rencontre des peuples indigènes

Le pape se déplace aussi au Pérou en pleine crise politique, depuis la grâce très controversée accordée à Noël à l’ex-président péruvien Alberto Fujimori, condamné pour corruption et crimes. Mais les temps forts du voyage seront indubitablement ses rencontres dans les deux pays avec des peuples indigènes. Le pape se rendra par exemple pour la première fois au cœur de l’Amazonie lors de sa visite au Pérou.

>> A lire aussi : Après avoir été gracié, l'ex-président Fujimori demande «pardon» aux Péruviens

Il devrait aborder un autre thème qui lui est cher, « la corruption qui empêche le développement et qui empêche aussi de vaincre la pauvreté et la misère », a pointé Monseigneur Parolin.