Steve Bannon démissionne de Breitbart News après ses critiques contre Trump

ETATS-UNIS L'ancien conseiller, cité dans le livre de Michael Wolff, aurait été poussé vers la sortie par une actionnaire du site nationaliste...

Philippe Berry

— 

Donald Trump et son conseiller Steve Bannon, le 31 janvier 2017 à la Maison Blanche.
Donald Trump et son conseiller Steve Bannon, le 31 janvier 2017 à la Maison Blanche. — E.VUCCI/SIPA

Il n’a pas survécu à la tempête provoquée par la sortie du livre de Michael Wolff sur Donald Trump. Steve Bannon, l’ancien conseiller du président américain et principal artisan de sa victoire, a démissionné de son poste de président de Breitbart News. Le site américain d’actualité, vitrine de l’alt-right, l’extrême droite américaine, l’a annoncé mardi.

>> A lire aussi : C'est la guerre entre Donald Trump et son ancien conseiller Steve Bannon

Selon le New York Times, Bannon a été poussé vers la sortie par l’actionnaire milliardaire de Breitbart News, Rebekah Mercer. Il paie ainsi ses critiques contre le président américain et sa famille publiées par le chroniqueur mondain Michael Wolff dans son livre Le feu et la fureur : Trump à la Maison Blanche, qui sortira en février chez Laffont en France.

La « trahison » de Donald Trump Jr

Dans le livre, Steve Bannon qualifie la rencontre entre Donald Trump Jr et une avocate russe proche du Kremlin pendant la campagne, à la Trump Tower, de « trahison ». Ses attaques ont provoqué la fureur du président américain, qui a accusé son ancien conseiller d’avoir « perdu la raison ».

Bannon a tenté de limiter la casse par la suite, expliquant qu’il parlait surtout de l’ancien directeur de campagne Paul Manafort, présent à l’entrevue. Mais visiblement, le clan Trump ne lui a pas pardonné.

Bannon, un ancien banquier de Goldman Sachs, qui a fait fortune comme producteur à Hollywood, notamment grâce aux royalties des rediffusions de la sitcom Seinfeld, est considéré comme le stratège qui a senti monter la colère nationaliste sur laquelle a surfé Donald Trump. Il devrait désormais avoir le temps de produire son projet de dystopie paranoïaque sur les « Islamic States of America », jusqu’ici resté dans ses cartons