VIDEO. Donald Trump a l'air d'avoir oublié la moitié des paroles de l'hymne américain

PATRIOTISME Le président américain a galéré pendant un match de football universitaire, lundi soir...

P.B.
— 
Donald Trump lors de la finale du championnat de football américain universitaire, le 8 janvier 2017.
Donald Trump lors de la finale du championnat de football américain universitaire, le 8 janvier 2017. — Andrew Harnik/AP/SIPA

N’est pas Lilian Thuram qui veut. Après avoir passé l’année 2017 à critiquer les joueurs NFL qui s’agenouillent pendant l’hymne, Donald Trump a montré l’exemple, lundi soir, pendant la finale du championnat de football américain universitaire, débout, la main sur le cœur. Pour les paroles, en revanche, ça laissait à désirer.

>> A lire aussi : «Dégagez ce fils de pute maintenant», Trump insulte les joueurs NFL

Une précision importante : en général, lors un événement sportif, une star chante le Star-spangled banner, et le stade écoute en silence pendant l’essentiel de l’hymne. Par respect, et sans doute car il faut s’appeler Whitney Houston pour atteindre certaines notes stratosphériques.

En gros plan sur les caméras, on a pu voir le président américain bouger les lèvres, ou plutôt essayer, marmonnant quelques mots ici et là. Il s’est ressaisi sur la fin, reprenant correctement « the bombs bursting in air/that our flag was still there ».

Dur d’oreille ?

Les internautes ne l’ont évidemment pas raté, questionnant son patriotisme, sa mémoire, son audition et plus généralement son âge.

L'affaire tombe mal, en plein lancement du livre de Michael Wolff sur Donald Trump, dans lequel plusieurs ex-collaborateurs du président américain remettent en cause ses capacités intellectuelles. Cette semaine, des élus démocrates ont même consulté un psychiatre et réclament que le check-up annuel du président couvre également sa santé mentale, en vue d'un éventuel combat pour le destituer en utilisant le 25e amendement s'il était avéré être « dans l’incapacité d’exercer les pouvoirs et de remplir les devoirs de sa charge ».

Un tel scénario reste à ce stade de la science-fiction. Un journaliste de la BBC lui a trouvé une excuse, expliquant qu’à 71 ans, le président américain est un peu dur d’oreille et qu’on entendait assez mal la musique sur la pelouse. Ça ne l’a pourtant pas gêné sur la fin. Allez, il va falloir rebosser ça comme à l’école primaire, il n’y a qu’une strophe de huit vers à retenir…

>> A lire aussi : #TakeAKnee: Entre les sportifs et Donald Trump, c'est la guerre nucléaire