Royaume-Uni: Cent-soixante tentatives de connexion à des sites pornographiques par jour au Parlement

CLASSÉ X Entre juin et octobre 2017, le réseau informatique du Parlement britannique a enregistré 24.473 tentatives d’accès à des sites pornographiques…

20 Minutes avec agences

— 

Le Parlement britannique, à Londres.
Le Parlement britannique, à Londres. — GLYN KIRK / POOL / AFP

Une nouvelle affaire de mœurs vient secouer la classe politique britannique, déjà mise en cause depuis plusieurs semaines dans des scandales de harcèlement sexuel. Entre juin et octobre 2017, le réseau informatique du Parlement britannique a enregistré 24.473 tentatives d’accès à des sites pornographiques, soit presque 160 par jour selon des données officielles.

Des connexions involontaires selon les dirigeants du Parlement

Ces chiffres, obtenus par l’agence Press Association après une requête formulée en vertu de la loi sur la liberté d’information promulguée en 2000, sont pourtant en baisse par rapport aux années précédentes. En 2015, 231.020 tentatives de connexion avaient été enregistrées et 113 208 en 2016…

>> A lire aussi : Un acteur de X accuse Macron de «diaboliser» la pornographie

Selon les dirigeants du Parlement, la majorité de ces tentatives de connexion ne seraient « pas volontaires ». Ils ont aussi précisé que les sites proposant des contenus pornographiques sont bloqués sur le réseau parlementaire.

Révélations embarrassantes

Reste que ces chiffres sont embarrassants pour une classe politique britannique engluée, depuis plusieurs semaines, dans de sordides affaires de harcèlement sexuel et de comportements inappropriés.

>> A lire aussi : Tout le monde veut voir la sextape du prince Harry et de Meghan Markle

Au mois de décembre, le vice-Premier ministre, Damian Green, avait démissionné après la découverte d’images pornographiques sur son ordinateur. Même s’il avait nié les avoir visionnées ou téléchargées lui-même.

Près de 8.500 ordinateurs sont connectés au réseau du Parlement britannique, qui est utilisé non seulement par les parlementaires mais aussi par leurs assistants ou le personnel administratif. Des appareils personnels peuvent également s’y connecter via le Wi-Fi.