Corée du Sud: L'ex-présidente aurait détourné les fonds spéciaux des renseignements

CORRUPTION Ces sommes s'élèveraient au total à 3,8 milliards de wons, soit 2,9 milliards euros...

20 Minutes avec AFP

— 

La présidente coréenne destitué Park Geun-hye a abandonné ses 9 chiens
La présidente coréenne destitué Park Geun-hye a abandonné ses 9 chiens — Ahn Young-joon/AP/SIPA

Park Geun-Hye, présidente sud-coréenne destituée actuellement jugée pour « corruption », va être inculpée pour avoir détourné l’équivalent de millions d’euros de fonds secrets des renseignements.

L'ex-cheffe d'Etat aurait reçu chaque mois, dès 2013 et jusqu’au milieu de l’année 2016, entre 50 et 200 millions de wons (39.000 à 156.000 euros) du Service national du renseignement (NIS), a affirmé le parquet aux médias sud-coréens.

>> A lire aussi : La longue marche vers la destitution de Park Geun-Hye

Selon les médias, ces sommes, qui s’élèveraient au total à 3,8 milliards de wons (2,9 milliards d’euros), étaient remises par des agents du renseignement aux conseillers de Park Geun-Hye sur des parkings déserts ou des ruelles peu fréquentées proche de la présidence.

Des accusations en cascade

L’argent provenait des « fonds spéciaux » que les renseignements peuvent utiliser sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. On ignore encore comment l’ex-présidente a dépensé ces sommes, certains médias faisant état d’une utilisation personnelle ou du financement de ses groupes de soutien.

Park Geun-Hye a été destituée par le Parlement le 9 décembre 2016, une décision confirmée en mars par la Cour constitutionnelle, ce qui a entraîné son inculpation et son emprisonnement. Première femme élue présidente en Corée du Sud, elle est jugée depuis mai pour 18 chefs d’accusation y compris « corruption », « coercition et abus de pouvoir ». Elle risque la prison à vie.

>> A lire aussi : Corée du Sud: L'ex-présidente va être jugée pour corruption