Etats-Unis : C'est parti pour la fermeture de Rikers! Une partie de la célèbre prison new-yorkaise fermera en 2018

FERMETURE

20 Minutes avec AFP

— 

Une photo de Rikers Island, la célèbre prison new-yorkaise, prise le 16 mars 2011.
Une photo de Rikers Island, la célèbre prison new-yorkaise, prise le 16 mars 2011. — Bebeto Matthews/AP/SIPA

C’est un des projets de Bill de Blasio, le maire de New York : la célèbre prison de Rikers Island, particulièrement connue pour ses conditions de détention difficiles et sa violence chronique, devrait commencer à fermer ses quartiers en 2018. C’est le maire lui-même qui l’a annoncé ce mercredi.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Le maire de New York s'engage à fermer la prison de Rikers Island

La prison située sur une île de l’East River compte en tout neuf quartiers pénitentiaires et abrite actuellement 8.705 détenus, le nombre le plus bas depuis 1982. Une baisse de la criminalité à New York explique la diminution du nombre de détenus, qui était encore de 11.696 en moyenne en 2013.

Maintenir une baisse du nombre de détenus

Son objectif est de maintenir la baisse du nombre des détenus à Rikers Island pour arriver à 5.000 d’ici cinq ans. « Tous les jours nous œuvrons à rendre le système judiciaire new-yorkais plus restreint et plus sûr », a écrit l’élu démocrate sur Twitter.

La fermeture cet été du quartier George-Motchan, où se trouvent quelque 600 prisonniers, « est une étape importante dans notre projet de clore Rikers Island et de créer des infrastructures plus implantées dans les quartiers pour mieux servir les personnes en détention et notre personnel pénitentiaire qui travaille dur », a encore écrit Bill de Blasio.

>> A lire aussi : Les détenus célèbres qui sont passés à Rikers Island

Des avocats et criminologues appelaient de longue date à la fermeture de cette prison, où fut notamment détenu l’ex-directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn en 2011. La prison est décriée pour sa vétusté, son éloignement du centre de New York rendant les visites compliquées et la violence qui affecte quasi quotidiennement gardiens et détenus. Environ 80 % des prisonniers à Rikers Island sont dans l’attente d’un procès et n’ont été reconnus coupable d’aucun crime.