VIDEO. Saint-Pétersbourg: Un «engin artisanal» explose dans un supermarché, au moins dix blessés

RUSSIE L'engin explosif serait «d'une puissance équivalent à 200 grammes de TNT»...

T.C et M.P avec AFP

— 

Au moins dix personnes ont été blessées ce mercredi 27 décembre 2017 lors d’une explosion survenue dans un supermarché de Saint-Pétersbourg.
Au moins dix personnes ont été blessées ce mercredi 27 décembre 2017 lors d’une explosion survenue dans un supermarché de Saint-Pétersbourg. — WP#JRAK/WENN.COM/SIPA

Plusieurs personnes ont été blessées ce mercredi lors d’une explosion survenue dans un supermarché de Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie). « Une détonation a eu lieu vers 18h30 (15H30 GMT) dans un supermarché sur l’avenue Kondratiev à Saint-Pétersbourg. Selon les premières informations, il y a plusieurs blessés », a indiqué la police dans un bref communiqué.

>> A lire aussi : Russie: Un homme ouvre le feu dans une usine de Moscou

La police de la deuxième ville de Russie a, dans un premier temps, indiqué que « les circonstances de l’incident étaient à l’étude ». Ce n’est qu’une heure plus tard que Svetlana Petrenko, porte-parole du Comité d’enquête russe citée par les agences de presse nationales, a précisé que l’explosion avait été provoquée par un « engin explosif artisanal d’une puissance équivalent à 200 grammes de TNT ».

Enquête ouverte pour « tentative d’homicide »

La porte-parole a ajouté qu’au moins dix personnes avaient été hospitalisées et qu’une enquête avait été ouverte pour « tentative d’homicide ». A l’heure actuelle, « toutes les hypothèses » sont étudiées selon les autorités qui n’ont toutefois pas formellement ouvert de procédure pour attaque terroriste. Selon un journaliste de l’AFP présent sur place, la police, les pompiers, une ambulance et un véhicule des services de sécurité du FSB (ex-KGB) étaient déployés sur les lieux du drame.

>> A lire aussi : Attentat déjoué en Russie: Poutine remercie Trump pour l'aide américaine

Cette explosion intervient à quatre jours du réveillon du Nouvel an, qui marque le début de la période des fêtes pour les Russes avant le Noël orthodoxe le 7 janvier. Elle survient également sur fond d’inquiétude croissante concernant le retour des djihadistes ayant combattu en Syrie et Irak. 

Près de 4.500 citoyens russes sont en effet partis à l’étranger pour combattre « du côté des terroristes », avait indiqué mi-décembre le directeur du FSB, Alexandre Bortnikov. Selon lui, plus de 9.500 personnes ont été jugées en Russie en cinq ans «pour des crimes liés au terrorisme ou à l'extrémisme».