Niger: L'effort contre les djihadistes au Sahel «sera maintenu» assure Macron

INSTABILITE Le président Emmanuel Macron s'est adressé plusieurs centaines de soldats de la force Barkhane...

G. N. avec AFP

— 

Emmanuel Macron accueilli par le président nigérien Mahamadou Issoufou à son arrivée à l'aéroport de Niamey, vendredi 22 décembre.
Emmanuel Macron accueilli par le président nigérien Mahamadou Issoufou à son arrivée à l'aéroport de Niamey, vendredi 22 décembre. — AFPLUDOVIC MARIN / AFP

Emmanuel Macron a affirmé vendredi soir à Niamey que « l’effort » contre les groupes jihadistes au Sahel « où se joue notre sécurité » sera « maintenu » en 2018. « L’effort sera maintenu, fortement » avec « la volonté : obtenir des victoires claires, importantes, face à l’ennemi », a déclaré le président français en s’adressant à plusieurs centaines de soldats de la force Barkhane sur la base aérienne avancée au Niger.

L’opération Barkhane, qui regroupe plus de 4.000 hommes, en particulier au Mali et au Niger, « est essentielle pour notre stratégie dans le Sahel », a ajouté Emmanuel Macron, arrivé en début de soirée dans la capitale nigérienne.

>> A lire aussi : La France promet à ses militaires des «moyens» contre les djihadistes

« Une immense fierté d’être là avec vous ce soir »

Il doit s’y entretenir samedi avec le président Mahamadou Issoufou après avoir rencontré dans la matinée les différentes unités présentes sur la base française.

« C’est une immense fierté d’être là avec vous ce soir », a déclaré Emmanuel Macron en s’adressant aux soldats réunis devant le foyer de leur base. « Pour vous la trêve [de Noël] n’est pas permise et cela nous ne l’oublions pas […]. Nous avons une pensée pour vos familles, elles portent le poids de votre absence. Elles méritent notre reconnaissance et notre soutien », a-t-il ajouté, avant de partager un dîner de fête spécialement préparé par le chef de l’Elysée, Guillaume Gomez, venu de Paris.

>> A lire aussi : Quand le chef de l’Elysée, Guillaume Gomez, cuisine un «repas de Noël» pour les soldats français au Niger