Catalogne: Puigdemont salue une victoire indépendantiste «que personne ne peut discuter»

ESPAGNE Sur 99,8% des bulletins dépouillés, les trois partis pro-indépendance obtiennent la majorité absolue au Parlement...

20 Minutes avec AFP

— 

Carles Puigdemont, le dirigeant séparatiste catalan en exil, a salué depuis Bruxelles la victoire des indépendantistes aux élections régionales, le 21 décembre 2017.
Carles Puigdemont, le dirigeant séparatiste catalan en exil, a salué depuis Bruxelles la victoire des indépendantistes aux élections régionales, le 21 décembre 2017. — JOHN THYS / AFP

L'impasse en Catalogne devrait continuer. Les indépendantistes ont retrouvé, jeudi, la majorité absolue dont ils disposaient avant la déclaration unilatérale d'indépendance qui avait provoqué leur destitution. Après dépouillement de 99% des bulletins, les trois formations indépendantistes disposeraient, avec 70 sièges sur

 

135 au parlement régional, de la majorité absolue (68 sièges).

>> A lire aussi : Catalogne: Ouverture des bureaux de vote pour des élections cruciales

Aussitôt, le dirigeant séparatiste catalan en exil a salué «un résultat que personne ne peut discuter». Le Premier ministre espagnol Mariano «Rajoy a perdu le plébiscite qu'il cherchait», et le fait que le camp indépendantiste reste majoritaire est «une claque», a jubilé Carles Puigdemont devant un petit parterre de militants indépendantistes catalans et de sympathisants nationalistes flamands réunis dans une salle du centre de Bruxelles.

Dans la foulée, un porte-parole de la Commision européenne a souligné que la position de l'UE sur la Catalogne «ne changera pas».

Pas la majorité des voix

Par le jeu des pondérations de voix profitant aux régions rurales où ils sont bien implantés, les indépendantistes ont obtenu la majorité au parlement sans avoir la majorité des voix: 47,6 % des Catalans ont voté pour ces formations, mais 52 % contre.

A moins qu'ils ne parviennent pas à s'entendre pour former une coalition, les indépendantistes reprendront les commandes de la région que le gouvernement de Madrid leur avait retiré en invoquant pour la première fois l'article 155 de la Constitution pour destituer l'exécutif régional et dissoudre le parlement quand ils ont proclamé une indépendance mort-née.