VIDEO. Reconnaissance par Washington de Jérusalem: L'ONU condamne à une large majorité la décision américaine

DIPLOMATIE Les Palestiniens ont déclaré se féliciter de ce soutien international…

20 Minutes avec AFP

— 

Le 18 décembre Nikki Haley (à droite), ambassadrice américaine à l'ONU, vote contre la résolution qui condamne la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.
Le 18 décembre Nikki Haley (à droite), ambassadrice américaine à l'ONU, vote contre la résolution qui condamne la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël. — Eskinder Debebe/AP/SIPA

Nouveau revers pour Donald Trump sur la scène internationale. L’Assemblée générale de l’ONU a adopté ce jeudi à une large majorité une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël.

Sur les 193 pays membres, 128 ont voté pour cette résolution et neuf contre, 35 pays décidant de s’abstenir lors d’un scrutin que le président américain avait promis de scruter de près, menaçant de représailles financières ceux qui soutiendraient le texte.

Un « revers cinglant » pour Washington

Ce vote est un « revers cinglant » pour Washington, a estimé jeudi l’ambassadeur palestinien aux Nations unies Riyad Mansour.

« Cent vingt-huit voix contre neuf, c’est un revers cinglant pour les Etats-Unis d’Amérique », a-t-il dit à l’AFP au sujet du résultat du scrutin au sein de l’Assemblée générale, qui réunit 193 pays.

>> A lire aussi : Plusieurs pays musulmans contre-attaquent sur le statut de Jérusalem

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s’est lui déclaré satisfait du nombre de pays qui n’ont pas voté la résolution. « En Israël, nous rejetons cette décision de l’ONU et réagissons avec satisfaction face au nombre important de pays qui n’ont pas voté en faveur de cette décision », a affirmé le Premier ministre dans un communiqué de son bureau.

« Nous remercions le président (américain) Donald Trump pour sa position claire et nette sur Jérusalem et remercions les pays qui ont voté ensemble avec Israël, ensemble avec la vérité », a ajouté Benjamin Netanyahou.