Réforme des impôts: «Nous avons de fait abrogé l'Obamacare», jubile Donald Trump

ETATS-UNIS La réforme adoptée mercredi annule l'amende frappant ceux qui ne souscrivent pas d'assurance santé...

P.B. avec AFP

— 

Donald Trump jubile dans le jardin de la Maison Blanche après le vote de la réforme des impôts, le 20 décembre 2017.
Donald Trump jubile dans le jardin de la Maison Blanche après le vote de la réforme des impôts, le 20 décembre 2017. — Alex Edelman/NEWSCOM/SIPA

Il tient sa revanche. Mercredi, le Congrès des Etats-Unis a définitivement adopté la plus grande baisse d’impôts depuis 31 ans, offrant au président Donald Trump la première grande réforme de son mandat, onze mois après son accession au pouvoir. Le dirigeant a salué une « victoire historique pour les Américains », et puis il a ajouté : « Je ne devrais pas le dire mais nous avons, de fait, abrogé Obamacare ». C’est inexact, mais un changement majeur pourrait secouer le fragile équilibre du système de santé.

Les républicains ont en effet voté pour supprimer l’amende frappant les Américains qui choisissaient de ne pas souscrire d’assurance maladie. Elle était comprise entre 695 et 2.085 dollars par an, en fonction des revenus.

Les jeunes, la clé de voûte de l’édifice

Obamacare est basée sur une idée assez simple : si tout le monde souscrit à une assurance santé, cela permet aux assureurs de gagner de l’argent avec les Américains les plus jeunes, qui sont peu malades, et de faire baisser les coûts pour les plus âgés.

Or, selon une estimation du bureau du budget du Congrès, la menace d’une amende, quatre millions d’Américains, en majorité des jeunes, pourraient choisir de ne pas souscrire de couverture santé dès l’an prochain, et le chiffre pourrait monter à 13 millions en 2027. Du coup, le château de carte, qui était déjà fragile, pourrait s’écrouler si les assureurs décident que proposer un plan santé dans le cadre d’Obamacare leur coûte trop cher à cause de « pool » d’assurés trop vieux.

Des sénateurs des deux camps, notamment la républicaine modérée Susan Collins, s’activent pour que le Congrès renouvelle des subventions dont bénéficient les assureurs. A ce stade, c’est loin d’être garanti. Après les échecs cuisants pour abroger Obamacare eu Congrès, Donald Trump avait menacé de « laisser le système s’effondrer ». Il pourrait bien tenir sa promesse.

Mots-clés :