A Lhassa, Pékin ne change pas de politique

Pauline Mouhanna - ©2008 20 minutes

— 

A cinq mois des JO de Pékin et alors que les autorités rejettent les critiques sur les droits de l'homme, les moines ont manifesté, hier à Lhassa, pour réclamer l'indépendance du Tibet pour la deuxième journée consécutive. La police chinoise les a encore une fois dispersés à coups de gaz lacrymogène. Près de 600 moines se sont rendus de leur monastère jusqu'au siège de la police pour demander la libération des personnes arrêtées lundi. Ces derniers manifestaient à l'occasion du 49e départ forcé du dalaï-lama. Chose inhabituelle, le gouvernement chinois a confirmé la répression de cette manifestation, le ministre des Affaires étrangères, Qin Gang, considérant que le groupe s'était rendu coupable d'« activité illégale ».