Terrorisme: La France a identifié 150 à 200 «banquiers occultes» de Daesh

BANQUE Ces « banquiers occultes » sont principalement basés au Liban et en Turquie…

20 Minutes avec AFP

— 

Un logo de l'organisation Etat islamique en Irak. (Illustration)
Un logo de l'organisation Etat islamique en Irak. (Illustration) — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

La France a identifié 150 à 200 « banquiers occultes » de Daesh, principalement au Liban et en Turquie, a indiqué ce mardi Tracfin. « Nous avons travaillé sur l’identification de 150 à 200 de ces collecteurs, localisés principalement au Liban et en Turquie », a affirmé Bruno Dalles, le directeur du service de Bercy chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent et contre le financement du terrorisme.

Bruno Dalles s'est exprimé lors de la présentation à la presse du rapport de son service sur les « risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme » pour l’année 2016.

L’enjeu est désormais de localiser les nouveaux collecteurs

« Ces banquiers occultes de Daesh reçoivent des fonds qui sont clairement destinés à lui permettre de continuer à fonctionner », a précisé le directeur, soulignant que l’enjeu pour Tracfin était désormais de localiser les nouveaux collecteurs de fonds de Daesh, qui dépend de plus en plus du financement extérieur. Et d'ajouter : « Il y a un vrai enjeu stratégique avec l’éclatement de Daesh pour essayer de savoir où se trouvent localisés les prochains collecteurs pour essayer de tracer les futures métastases de Daesh. »

Au fur et à mesure que les djihadistes cèdent du terrain en Irak et en Syrie, ils sont aussi privés « de leur première source de financement », comme « les butins de guerre » ou « l’extorsion des populations », indique le rapport de Tracfin.

>> Activités de Lafarge en Syrie: L'ex-patron du cimentier mis en examen pour «financement d'une entreprise terroriste»

Tracfin surveille aussi le « soutien plus traditionnel » à l'organisation de l'Etat islamique « comme les institutions humanitaires et culturelles afin d’éviter l’utilisation de ces structures pour le financement du terrorisme », a expliqué le directeur de Tracfin.