L’Irak annonce sa victoire sur Daesh, les Etats-Unis saluent la fin de cette «ignoble occupation»

TERRORISME Les forces irakiennes « contrôlent désormais toute la frontière avec la Syrie entre le point de passage d’Al-Walid et celui de Rabia », distants de 435 km. L’Etat irakien a donc proclamé la défaite du groupe djihadiste…

Floréal Hernandez

— 

L'armée irakienne. (Illustration)
L'armée irakienne. (Illustration) — Laurence Geai/SIPA
  • Depuis 2014, le groupe djihadiste menaçait l’existence de l’Etat irakien.
  • Selon les experts, l’organisation Etat islamique garde une capacité de nuisance en retournant à la clandestinité et en menant des attentats spectaculaires.

« Nos forces contrôlent complètement la frontière irako-syrienne et j’annonce donc la fin de la guerre contre Daesh. » Haider al-Abadi, Premier ministre irakien, a annoncé la victoire de l’Etat irakien sur l’organisation Etat islamique, ce samedi, lors de l’ouverture d’une conférence organisée par le syndicat irakien des journalistes à Bagdad. Les Etats-Unis ont salué la fin de l'«ignoble occupation» de l'Irak par le groupe djihadiste, après trois ans de combats.

Daesh contrôlait un territoire grand comme l’Italie

Depuis 2014, le groupe djihadiste menaçait l’existence de l’Etat irakien dont elle avait conquis un tiers du territoire, mettant la main sur la quasi-totalité des régions sunnites dans l’ouest, le centre et le nord du pays. Mais l’appui de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis a permis de multiplier les offensives depuis un an contre Daesh. L’organisation Etat islamique a perdu dans le même temps la majeure partie du territoire conquis en Syrie voisine, et son « califat » autoproclamé en 2014 est désormais en lambeaux.

>> A lire aussi: L'ex-PDG de Lafarge mis en examen pour avoir financé Daesh en Syrie

En prenant le contrôle d’un territoire aussi vaste que l’Italie, à cheval sur la Syrie et l’Irak​, l’EI avait proclamé un « califat » avec ses deux capitales Mossoul en Irak et Raqa en Syrie. Remises sur pied, les forces irakiennes, aidées par la coalition internationale, avaient lancé progressivement la contre-offensive en reprenant en 2016 Fallouja et Ramadi dans l’ouest mais surtout Mossoul, la deuxième ville du pays, en juillet dernier. La dernière bataille a eu lieu dans le désert près de la frontière syrienne.

L’armée irakienne veut nettoyer la vallée Wadi Houran

« Je vous annonce la bonne nouvelle : la libération par les forces irakiennes de toute la frontière irako-syrienne » dans le nord-ouest du pays, a proclamé Haider al-Abadi. Le chef du commandement conjoint des opérations (JOC), le général Abdel Amir Yarallah, a annoncé de son coté que durant la dernière « opération de nettoyage, l’armée irakienne et le Hachd al-Chaabi ont réussi à libérer [la plaine désertique] d’Al-Jazira entre la province de Ninive et celle d’al-Anbar, avec l’appui de l’aviation irakienne ».

Les forces irakiennes « contrôlent désormais toute la frontière avec la Syrie entre le point de passage d’Al-Walid et celui de Rabia », distants de 435 km. «L'annonce des Irakiens indique que les vestiges de l'auto-proclamé "califat" de l'EI en Irak ont été éradiqués et que les populations vivant dans ces régions ont été libérées du contrôle brutal de l'EI», a indiqué Heather Nauert, porte-parole du département d'Etat, dans un communiqué, soulignant que cela ne signifiait pas que «la guerre contre le terrorisme, et même contre l'EI, en Irak soit terminée».

>> A lire aussi: Les parents de la djihadiste Margaux Dubreuil mis en examen pour financement d'une entreprise terroriste

Car, selon les experts, l’EI garde une capacité de nuisance et peut encore faire couler le sang en retournant à la clandestinité et en menant des attentats spectaculaires. En outre, pour en finir totalement avec l’EI, l’armée irakienne a annoncé son intention de nettoyer à une date non précisée le Wadi Houran, une vallée d’Irak située dans la province occidentale d’Al-Anbar et qui s’étend de la frontière saoudienne jusqu’à l’Euphrate et se poursuit jusqu’aux frontières syro-jordaniennes.

L’EI est toujours présent dans ce relief accidenté – avec des gorges pouvant atteindre 200 m de profondeur –, où il a établi des caches et dispose de dépôts d’armes.