Un Palestinien tué à Gaza par des tirs de l'armée israélienne

PROCHE-ORIENT Mahmoud al-Masri, 30 ans, a été tué à l'est de Khan Younès alors qu'il protestait contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël...

20 Minutes avec AFP

— 

Des heurts ont éclaté vendredi à Jérusalem et en Cisjordanie occupée entre forces israéliennes et Palestiniens appelés à manifester leur «rage» après la prière contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël.
Des heurts ont éclaté vendredi à Jérusalem et en Cisjordanie occupée entre forces israéliennes et Palestiniens appelés à manifester leur «rage» après la prière contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël. — MAHMOUD AJOUR/APAIMAGES/SIPA

Escalade de la violence au Proche-Orient. Un Palestinien a été tué par des tirs de l’armée israélienne ce vendredi dans la bande de Gaza alors qu’il participait à des manifestations contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël, a indiqué le ministère gazaoui de la Santé.

Mahmoud al-Masri, 30 ans, tué à l’est de Khan Younès alors qu’il protestait près de la barrière de sécurité fermant hermétiquement les frontières d’Israël avec la bande de Gaza, est le premier Palestinien tué au cours des manifestations contre la décision américaine annoncée mercredi.

Les affrontements se multiplient

Le ministère de la Santé de Gaza s’est par ailleurs rétracté vendredi après avoir annoncé la mort d’un deuxième Palestinien. Il a indiqué qu’un homme un temps donné pour mort, était toujours en vie, bien que dans un état désespéré. Son porte-parole Ashraf al-Qudra a expliqué que le jeune Palestinien, dont le cœur avait cessé de battre, avait été déclaré mort mais que les médecins étaient parvenus à le ranimer à l’hôpital.

>> A lire aussi : Pourquoi le conflit israëlo-palestinien est-il autant focalisé sur Jérusalem?

Depuis l’annonce de Trump mercredi, les affrontements avec les forces de sécurité israéliennes ont fait une trentaine de blessés parmi les Palestiniens, mais la violence a été en grande partie contenue. Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a appelé ce jeudi à une nouvelle Intifada.