L'ambassade américaine ne déménagera «probablement» pas à Jérusalem avant au moins deux ans

DIPLOMATIE Donald Trump « veut que nous avancions de façon très concrète (…) pour être sûrs que l’ambassade puisse être transférée le plus tôt possible », a rappelé le secrétaire d’Etat américain…

20 Minutes avec AFP

— 

Une vue panoramique de Jérusalem.
Une vue panoramique de Jérusalem. — Chameleons Eye/REX Shut/SIPA

Washington ne déménagera « probablement » pas son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem avant au moins deux ans, a déclaré ce vendredi le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson.

« Ce n’est pas quelque chose qui va arriver cette année ni même probablement l’année prochaine, mais le président (Donald Trump) veut que nous avancions de façon très concrète et très résolue », a-t-il déclaré à l’issue d’une rencontre avec son homologue français Jean-Yves Le Drian en marge d’une réunion sur le Liban à Paris.

>> A lire aussi : Pourquoi le conflit israëlo-palestinien est-il autant focalisé sur Jérusalem ?

Le statut de la ville doit « être négocié et décidé par les parties »

« Mais le président (Donald Trump) veut que nous avancions de façon très concrète et très résolue pour être sûrs que l’ambassade puisse être transférée le plus tôt possible », a-t-il ajouté.

Il faut pour cela « acquérir un site, établir des plans de construction, obtenir les autorisations nécessaires (du Congrès américain), même si je n’anticipe pas de difficultés pour ces autorisations, et ensuite construire l’ambassade », a-t-il rappelé.

Cette déclaration intervient alors que des heurts ont éclaté dans la ville et en Cisjordanie occupée entre forces israéliennes et Palestiniens appelés à manifester leur « rage » après la prière contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël.

Rex Rillerson a aussi souligné que Donald Trump avait été « très clair sur le fait que le statut final de Jérusalem, et des frontières, devrait être négocié et décidé par les parties » au conflit.

Le secrétaire d’Etat américain devait rencontrer le président Emmanuel Macron, à l’issue de la réunion de soutien au Liban, pour faire le point sur ces questions.