Affaire russe: Le procureur réquisitionne les données bancaires de Deutsche Bank sur Trump

ETATS-UNIS Robert Mueller cherche à déterminer s'il y a des liens financiers entre Donald Trump et Moscou...

P.B. avec AFP
— 
 	Photomontage du président américain, Donald Trump, face au procureur spécial chargé de l'enquête sur la Russie, Robert Mueller.
Photomontage du président américain, Donald Trump, face au procureur spécial chargé de l'enquête sur la Russie, Robert Mueller. — PHOTOS SIPA / MONTAGE 20 MINUTES

Follow the money. Pour déterminer s’il y a eu, ou non, collusion entre la Russie et la campagne de Donald Trump, le procureur spécial en charge de l’enquête semble remonter la piste financière. Robert Mueller a sommé Deutsche Bank de lui fournir des documents sur ses liens avec Donald Trump et sa famille, selon le quotidien Handelsblatt et Bloomberg.

Cette demande a été faite il y a plusieurs semaines et sera honorée par la banque allemande à laquelle l’empire immobilier Trump – dirigé aujourd’hui par les deux fils du président américain – doit quelque 300 millions de dollars, indique Bloomberg, qui cite une source ayant requis l’anonymat. « Deutsche Bank coopère toujours avec les autorités dans tous les pays », a indiqué un porte-parole à l’agence à Francfort.

Des liens avec la Russie

Si le procureur s’intéresse aux comptes liés à Deutsche Bank, c’est notamment car la banque avait de nombreux liens avec la Russie, notamment via un accord financier avec Vnesheconombank, la banque d’Etat soumise à des sanctions américaines. Cette année, Deutsche Bank a également écopé d’une amende dans une affaire de blanchiment d’argent liée à la Russie.

Donald Trump, qui refuse de publier l’intégralité de ses déclarations d’impôts, a toujours répété qu’il n’avait « aucun intérêt financier » en Russie. Mais cet été, le Washington Post a révélé que pendant la campagne, la Trump Organization avait cherché à conclure un vaste accord immobilier pour développer un hôtel à Moscou. Un journaliste américain affirme également qu’en 2014, interrogé à propos du financement d’un terrain de golf ouvert en Caroline du Nord, Eric Trump, le fils cadet du président américain, lui a répondu : « Nous avons tout le financement étranger dont nous avons besoin », notamment via de l’argent « russe ». A l’heure actuelle, aucun lien illégal n’a été établi.