VIDEO. Déjeuner avec Macron, entretiens avec Hidalgo et Hollande... La journée très chargée de Barack Obama à Paris

POLITIQUE L’homme par qui le slogan « Yes we can » est né est en visite en France où il doit notamment intervenir devant « Les Napoléons », un réseau de plus de 3.000 acteurs de l’industrie des communications...

M.B.

— 

Barack Obama à Paris le samedi 2 décembre 2017.
Barack Obama à Paris le samedi 2 décembre 2017. — Martin BUREAU / AFP

Il a bien rempli son agenda. Pour sa visite à Paris, Barack Obama a multiplié les rendez-vous ce samedi. Arrivé vendredi soir, l’ancien président américain a commencé sa journée par un entretien «amical» avec la maire de Paris Anne Hidalgo qui s’est fait un plaisir de le relater sur Twitter.

« Déjeuner privé » avec Macron

Tout le contraire d’Emmanuel Macron. Pour l’instant, le chef de l’Etat n’a pas médiatisé le déjeuner qu’il a eu ce midi avec Barack Obama. Selon l’Elysée, il s'agissait d'un «déjeuner privé» pour cette première rencontre entre les deux hommes. Une discrétion qui s’explique selon Le Parisien par le souci du président de la République de ne pas froisser Donald Trump avec lequel « la France a bâti une relation diplomatique forte depuis sa visite officielle à Paris le 14 Juillet dernier. » «  Même si Barack Obama a soutenu Macro pendant la campagne, il est très légitimiste, analyse la politologue spécialiste des Etats-Unis Nicole Bacharan. Il ne va pas jouer les présidents bis. »

Dans son hôtel, Barack Obama a ensuite rencontré François Hollande pendant un peu moins d’une heure.

Vers un partenariat entre les fondations Obama et Hollande ?

« Au-delà d’une rencontre entre deux anciens présidents qui ont travaillé ensemble », cet échange leur a permis notamment d'« aborder la situation internationale », selon l’entourage de François Hollande. Et « bien sûr », ils ont parlé du climat et de l’accord de Paris, premier pacte engageant tous les pays à limiter le réchauffement climatique. « Ce serait mieux que les Etats-Unis sous Donald Trump ne se désengagent pas de l’accord de Paris, mais l’accord conclu crée un tel mouvement qu’il est irréversible », a-t-on fait valoir de même source, rappelant que des États américains et entreprises avaient annoncé qu’ils continueraient à prendre des mesures pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Barack Obama et François Hollande ont également échangé sur leurs fondations respectives, dont les priorités pour « l’engagement et la jeunesse ont beaucoup d’analogies, même si elles n’ont pas les mêmes moyens ni le même déploiement à l’international », selon l’entourage de l’ancien chef de l’Etat français. Leurs équipes vont « regarder comment il est possible de rapprocher » les deux fondations, par un éventuel partenariat, a-t-on ajouté.

 

Barack Obama intervenait ensuite devant « Les Napoléons », un réseau de plus de 3.000 acteurs de l’industrie des communications.

Sa rémunération n’a pas été divulguée. En septembre, Barack Obama aurait facturé 400.000 dollars (340.000 euros) un discours de deux heures à New York devant les clients de la banque d’investissement Cantor Fitzgerald.