Liban: Le Premier ministre Saad Hariri arrive à Paris pour une visite familiale

DIPLOMATIE Il devrait retourner au Liban d’ici quelques jours…

20 Minutes avec AFP

— 

Saad Hariri salue ses partisans à Beyrouth, le 22 novembre 2017.
Saad Hariri salue ses partisans à Beyrouth, le 22 novembre 2017. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Le Premier ministre libanais Saad Hariri s’est envolé ce mercredi soir pour Paris pour une visite familiale avant de retourner au Liban, a rapporté une source proche du dirigeant.

>> A lire aussi : Liban: Saad Hariri suspend sa démission et appelle au «dialogue»

« Il a quitté il y a une demi-heure. Il va passer quelques jours avec sa famille à Paris », a indiqué cette source. Il y a plus d’une semaine, Saad Hariri se trouvait dans la capitale française à l’invitation du président français Emmanuel Macron, quinze jours après sa démission choc depuis l’Arabie saoudite.

La mainmise de l’Iran et de son allié le Hezbollah chiite sur le Liban inquiète

Son séjour prolongé en Arabie saoudite avait donné lieu à un flot de spéculations sur sa liberté de mouvement et le président libanais Michel Aoun avait accusé Ryad de retenir Hariri en « otage ». Son départ pour la France avait été décrit par des analystes et des observateurs comme une « exfiltration » dirigée par Paris.

En annonçant sa démission le 4 novembre, Hariri avait invoqué la mainmise de l’Iran et son allié le Hezbollah chiite sur le Liban et leur ingérence dans les conflits de la région où Ryad et Téhéran s’affrontent par procuration.

Hariri pourrait revenir sur sa démission

Trois semaines plus tard, il rentrait au Liban et gelait sa démission à la demande du président Michel Aoun. Il a affirmé à plusieurs reprises vouloir rester Premier ministre, posant comme condition le respect par le Hezbollah de la « politique de distanciation », soit la non ingérence dans les conflits de la région.

>> A lire aussi : Liban: Saad Hariri annonce que sa démission est «en suspens»

Mercredi, il a affirmé que les discussions entre les deux bords étaient « positives » et que si le débat constructif se poursuivait, il pouvait « revenir sur (sa démission) ».