Esclavage en Libye: Accord international pour des évacuations d'urgence

DIPLOMATIE Le sommet Europe Afrique s'est mis d'accord mercredi, a annoncé Emmanuel Macron...

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants détenus dans le centre de Zawiyah à 45 kilomètres de Tripoli en Libye.
Des migrants détenus dans le centre de Zawiyah à 45 kilomètres de Tripoli en Libye. — TAHA JAWASHI / AFP

Ils se sont réveillés. Les dirigeants de neuf pays européens et africains, dont la Libye, ainsi que de l'ONU, l'Union européenne et l'Union africaine, ont décidé de mener des «opérations d'évacuation d'urgence dans les prochains jours ou semaines» des migrants victimes des trafiquants en Libye, a annoncé le président français Emmanuel Macron mercredi.

>> A lire aussi : «La communauté internationale et la France s’indignent alors qu’elles savaient»

Cette décision a été prise lors d'«une réunion d'urgence avec l'UE, l'UA, l'ONU, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Tchad, le Niger, la Libye, le Maroc et le Congo», a dit Emmanuel Macron devant la presse, en marge du sommet Europe-Afrique d'Abidjan. Lors de cette réunion, sollicitée par la France, la Libye a réaffirmé son accord pour identifier les camps où des scènes de barbarie ont été identifiées (...)Le président Sarraj a donné son accord pour qu'un accès puisse être assuré", a assuré Macron.

«Deuxième point, il a été décidé par l'UE, l'UA et les Nations unies un soutien accru à l'OIM (Office international ds migrations) pour aider au retour des Africains qui le souhaitent vers leur pays d'origine. »Ce travail sera conduit dans les prochains jours, en lien avec les pays d'origine".

Task force opérationnelle

Les mêmes pays ont décidé de mettre en place «une coopération étroite avec une task force opérationnelle, associant leurs services de police et d'intelligence, avec un lien étroit avec toutes les puissances non représentées, pour démanteler les réseaux et leur financement et interpeller les trafiquants», a-t-il dit. UE, UA et ONU se sont aussi engagées à geler les avoirs des trafiquants identifiés. L'UA va mettre en place une commission d'enquête, a-t-il encore ajouté.

Enfin les pays réunis ont décidé de «mettre en place une communication volontariste destinée aux Africains pour dénoncer la traite des humains en Libye et décourager ceux qui cèdent aux sirènes des passeurs qui promettent monts et merveilles».Le président français a aussi souhaité une stabilisation politique en Libye, seule solution durable selon lui contre ces exactions.

Tout le monde savait

Les images de CNN montrant une vente aux enchères de migrants comme esclaves en Libye ont déclenché une indignation internationale, devenue l'un des sujets majeurs du sommet d'Abidjan.

« Tout était parfaitement connu des États qui s’indignent aujourd’hui. On nage en pleine schizophrénie », a estimé pour 20 Minutes Jean-François Dubost, responsable du programme « protection des populations » au sein d’Amnesty.