Le Premier ministre canadien Justin Trudeau.
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau. — AFP

DISCRIMINATION

VIDEO. Canada: Justin Trudeau, en larmes, s'excuse et indemnise 3.000 homosexuels victimes de discrimination

« Cette purge qui a duré des décennies restera à jamais un acte de discrimination tragique de la part du gouvernement envers ses propres citoyens », a déclaré Justin Trudeau…

« Je suis désolé, nous sommes désolés ». Des milliers de fonctionnaires, de policiers ou de militaires canadiens dont la carrière, ou parfois la vie, a été brisée en raison de leur orientation sexuelle il y a quelques décennies, ont reçu ce mardi les excuses officielles du gouvernement de Justin Trudeau et vont être indemnisés.

Dans un discours d’une rare gravité au Parlement, le Premier ministre a endossé les « erreurs » des gouvernements successifs qui ont perpétué la discrimination contre la communauté LGBTQ.

« Un acte de discrimination tragique »

Dans une contrition collective, le chef du gouvernement a sans détour parlé « du rôle qu’a joué le Canada dans l’oppression, la pénalisation et la violence systémique à l’endroit des communautés lesbienne, gay, bisexuelle, transgenres, queer ». « C’est avec honte, peine et un profond regret (…) que je suis ici aujourd’hui » pour reconnaître les torts de l’Etat envers ses employés « forcés à vivre à l’écart » et « humiliés », a déclaré en larmes Justin Trudeau.

« Une purge qui a duré des décennies restera à jamais un acte de discrimination tragique de la part du gouvernement envers ses propres citoyens (…), ils ont perdu leur dignité, leurs carrières et ont vu leurs rêves et leurs vies brisées », a ajouté Justin Trudeau.

100 millions de dollars canadiens versés à environ 3.000 victimes

L’Etat canadien a également conclu une entente à l’amiable pour le règlement d’une poursuite en nom collectif et indemnisera environ 3.000 victimes pour un peu plus de 100 millions de dollars canadiens (66 millions d’euros).

Un mémorial sera érigé à Ottawa en souvenir des victimes renvoyées de l’armée ou de la police, ou aux carrières brisées dans la fonction publique​, ou encore aux personnes suicidées en raison de leur orientation sexuelle à l’époque.