Etats-Unis: Le suspect de l'attentat de Manhattan plaide non coupable

ETATS-UNIS Il est passible de la peine de mort pour l'attentat du 31 octobre, qui a fait huit morts et 12 blessés...

20 Minutes avec AFP

— 

Une photo de Sayfullo Saipov montrée lors d'une conférence de presse de la police new-yorkaise, le 1er novembre 2017.
Une photo de Sayfullo Saipov montrée lors d'une conférence de presse de la police new-yorkaise, le 1er novembre 2017. — Craig Ruttle/AP/SIPA

Le suspect de l'attentat qui a fait huit morts et douze blessés le 31 octobre à Manhattan a plaidé non coupable mardi des 22 chefs d'inculpation retenus contre lui. Sayfullo Saipov était présent à l'audience devant le juge fédéral Vernon Broderick mais c'est son avocat, David Patton, qui a indiqué au magistrat que son client plaidait non coupable.

>> A lire aussi : Ce que l'on sait sur l'attaque terroriste de Manhattan

Vêtu d'une tenue de détenu bleue foncée, enchaîné par les pieds mais les mains libres, le suspect semblait remis de la blessure causée par le tir à l'abdomen du policier qui l'a interpellé. Le 31 octobre, Sayfullo Saipov avait remonté avec un pick-up de location une piste cyclable le long de l'Hudson, à l'extrême sud de Manhattan, fauchant les passants qui se trouvaient sur son chemin avant de percuter un bus scolaire.

Une loi d'exception peut être invoquer pour réclamer la peine de mort

Durant l'audience, cet Ouzbek de 29 ans arrivé aux Etats-Unis en 2010 s'est fait assister d'un interprète, bien que plusieurs témoins aient indiqué qu'il parlait couramment l'anglais. Hormis pour dire qu'il avait compris les consignes du juge, le suspect à la longue barbe et aux cheveux courts ne s'est pas exprimé à l'audience.

Les 22 chefs d'accusation comprennent huit mises en cause pour meurtre, douze pour tentative de meurtre, ainsi que violence, destruction de véhicule et soutien à une organisation terroriste.

Il est passible de la peine de mort, même si le ministère public n'a pas encore indiqué s'il entendait réclamer la peine capitale, à laquelle le président Donald Trump s'est dit favorable. La peine de mort n'est pas prévue par la loi de l'Etat de New York, mais le ministère public pourrait, s'il le souhaite, invoquer une loi d'exception, procédure longue et ardue.