Thaïlande: Deux Américains arrêtés pour avoir montré leurs fesses devant un temple

THAILANDE Ils avaient publié les clichés sur Instagram...

20 Minutes avec AFP

— 

Le temple Wat Arun, à Bangkok.
Le temple Wat Arun, à Bangkok. — SIPANY/SIPA

Les clichés nus devant des monuments religieux? Toujours une mauvaise idée. Deux Américains ont été interpellés en Thaïlande pour avoir publié sur leurs comptes Instagram des photos de leurs fesses nues devant un temple bouddhiste, a annoncé la police thaïlandaise mercredi. « Ils ont été arrêtés alors qu’ils s’apprêtaient à quitter la Thaïlande », a expliqué à l’AFP le colonel Cherngron Rimpadee, porte-parole des services de l’immigration.

Les deux trentenaires ont été interpellés mardi soir alors qu’ils s’apprêtaient à passer les contrôles de l’immigration dans l’un des deux aéroports internationaux de Bangkok. Ils s’étaient en effet retrouvés sur liste noire après avoir publié le 24 novembre ces photos prises devant le Wat Arun, un des temples les plus célèbres de Bangkok.

Ils risquent jusqu’à plusieurs années de prison

Les deux hommes ont reconnu leur culpabilité et accepté de payer une amende de 5.000 bahts (près de 130 euros) pour « comportement inapproprié » dans un lieu public. Ils restent cependant en détention jusqu’à ce que la justice décide ou non de les poursuivre en vertu de la sévère loi des « crimes informatiques ». Auquel cas ils risqueraient plusieurs années de prison.

>> A lire aussi : Des touristes jugés pour avoir pris leurs fesses nues en photo à Angkor

« Nous sommes dans l’attente d’une décision de la cour concernant leur mise en examen, en vertu de la loi des crimes informatiques, pour téléchargement d’images pornographiques », a précisé le colonel Cherngron Rimpadee.

En 2015, trois touristes, un Italien, un Argentin et une Néerlandaise, avaient été arrêtés après des photos de leurs fesses nues dans le temple d’Angkor, au Cambodge voisin. La même année, trois touristes français et deux sœurs américaines avaient été expulsés du Cambodge pour la même raison. Ils avaient été condamnés à six mois de prison avec sursis et interdits de séjour pour quatre ans.