Panique à Oxford Street : Deux hommes relâchés sans inculpation

MOUVEMENT DE FOULE Seize personnes avaient été blessées dans des bousculades suite à une fausse alerte dans l'artère la plus commerçante de Londres. Neuf personnes ont dû être hospitalisées…

20 Minutes avec AFP

— 

Oxford Street, une artère commerciale de Londres très fréquentée (Photo archive).
Oxford Street, une artère commerciale de Londres très fréquentée (Photo archive). — Andrew Cowie AFP

Deux hommes recherchés dans le cadre de la fausse alerte à l'origine d'un mouvement de panique à Oxford Street, vendredi à Londres, se sont présentés volontairement à la police avant d'être relâchés sans inculpation, a annoncé dimanche la police britannique des transports.

Fausse alerte en plein « Black Friday »

L'artère la plus commerçante de la capitale britannique s'était brusquement vidée vendredi après-midi en pleine journée de promotions du «Black Friday» à la suite de cet incident dans un contexte très tendu au Royaume-Uni, frappé par cinq attentats depuis le mois de mars.

Des policiers armés s'étaient rendus sur place après avoir reçu des signalements de coups de feu, mais la police avait un peu plus tard dit n'en avoir pas trouvé trace. Seize personnes avaient été blessées dans des bousculades, dont neuf avaient dû être hospitalisées.

Une altercation à l’origine de la bousculade

Les forces de l'ordre avait fait savoir vendredi que le mouvement de panique avait pu être déclenché par «une altercation entre deux hommes» sur un quai de la station de métro d'Oxford Circus. Elles avaient diffusé des images de caméras de surveillance et un appel à témoin pour retrouver ces deux hommes, âgés de 21 et 40 ans.

Après s'être finalement volontairement présentés à la police samedi et avoir été entendus, ceux-ci ont été remis en liberté. «Ils n'ont pas été arrêtés ou inculpés», a déclaré une porte-parole de la police britannique des transports.

La police a précisé ne pas rechercher d'autres suspects mais continuer à visionner les images des caméras de surveillance et à interroger des témoins pour comprendre ce qui s'est passé.