Liban: Saad Hariri annonce que sa démission est «en suspens»

POLITIQUE Le président libanais lui aurait demandé d’attendre pour démissionner…

20 Minutes avec agences

— 

Saad Hariri le 21 novembre 2017.
Saad Hariri le 21 novembre 2017. — STRINGER / EGYPTIAN PRESIDENCY / AFP

Le suspense continue au Liban. Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé ce mercredi que sa démission, annoncée début novembre à Ryad, était en suspens à la demande du président Michel Aoun en attendant la tenue de davantage de consultations.

>> A lire aussi : Saad Hariri, Premier ministre libanais dans l’ombre du père

« J’ai discuté de ma démission avec le président de la République qui m’a enjoint d’attendre avant de la présenter (…) pour permettre davantage de consultations (…) j’ai accepté cette requête », a indiqué Saad Hariri après un entretien après Michel Aoun.

Des discussions sur « les motivations et le contexte politique »

D’après lui, les discussions devront porter sur « les motivations et le contexte politique » de cette démission qui avait pris le Liban et la communauté internationale par surprise lorsque Hariri l’a annoncée le 4 novembre depuis Ryad.

>> A lire aussi : Crise au Moyen-Orient: Pourquoi Emmanuel Macron s’est saisi du cas Saad Hariri

Le dirigeant, un protégé de l’Arabie saoudite, avait alors justifié sa démission en dénonçant la « mainmise » de l’Iran et du mouvement chiite Hezbollah, membre de son gouvernement, sur les affaires du Liban et leur « ingérence » dans les conflits de la région. Il avait également affirmé craindre pour sa vie.

De retour à Beyrouth mardi soir après trois semaines d’absence, Hariri a espéré que le gel de sa décision « permettrait d’entamer de manière sérieuse un dialogue responsable (…) qui réglerait les différends ».

Un « véritable partenariat avec toutes les forces politiques »

« J’aspire aujourd’hui à un véritable partenariat avec toutes les forces politiques en vue de mettre les intérêts du Liban au-dessus de tout autre », a encore ajouté le Premier ministre.

« Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays », avait affirmé lundi le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a semblé adopter un ton conciliant.

Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est le seul mouvement à ne pas avoir déposé les armes après la guerre civile (1975-1990) et son arsenal divise les Libanais.

Son intervention dans la guerre en Syrie auprès des troupes du président Bachar al-Assad a provoqué l’ire de ses détracteurs ainsi que Ryad, qui soutenait les rebelles.