VIDEO. Sous-marin argentin disparu: Le submersible avait signalé une avarie

RECHERCHES « Nous n’excluons aucune hypothèse », répète la marine dans ses communiqués…

20 Minutes avec AFP

— 

Le sous-marin argentin «San Juan».
Le sous-marin argentin «San Juan». — Argentina Navy/AP/SIPA

Les recherches pour retrouver le sous-marin argentin San Juan, porté disparu avec 44 marins à bord dans l’Atlantique sud, s’intensifient. Ce lundi, les militaires ont révélé que le bâtiment avait signalé dès mercredi une avarie lors de sa dernière communication, une information jusqu’ici passée sous silence.

« Le bâtiment est remonté à la surface et il a communiqué une avarie, le commandement lui a alors dit de changer de cap et de faire route vers Mar del Plata », a révélé le chef de la base navale de Mar del Plata Gabriel Galeazzi lors d’une conférence de presse.

« Un problème de batteries »

Il a mentionné à la presse « un problème de batteries, un court-circuit ». Cette information avait été passée sous silence jusqu’ici, la marine se bornant à parler d’une rupture de la communication avec le submersible.

Autre coup dur pour les familles : les sept appels reçus par des bases navales argentines considérés par les autorités comme des appels de détresse venant du San Juan, n’étaient pas le premier signe de vie tant espéré.

>> A lire aussi : Course contre la montre pour retrouver les 44 membres d'équipage

« Nous avons reçu le rapport de l’entreprise qui a analysé les signaux, les sept tentatives d’appel de samedi ne correspondent pas au téléphone satellitaire du sous-marin », a déclaré le porte-parole de la Marine argentine, Enrique Balbi.

D’importants moyens de recherches déployés 

Les révélations de ce lundi ont été durement ressenties par les proches des marins, réunis dans la base navale de Mar del Plata, port d’attache du San Juan.

Les recherches se poursuivent dans une zone de 300 km de diamètre au large des côtes argentines. Avec des vagues de 5 à 7 mètres, les éléments ne se prêtent guère aux efforts des 13 navires qui croisent au large des côtes de Patagonie pour retrouver le bâtiment. La compagnie pétrolière française Total, qui exploite des gisements offshore plus au sud, a mis un navire à la disposition des opérations de recherche.

Dix avions survolent également la large zone autour de la dernière position communiquée mercredi par le San Juan, à 430 kilomètres des côtes de la Patagonie et de la péninsule de Valdés.

Survie de 7 jours en plongée

On ne sait pas si le submersible de 65 mètres est à la surface et s’il est à la dérive, s’il est encore motorisé et simplement privé de moyens de communication. Ou bien encore s’il est en immersion, ou s’il a sombré dans les abysses.

Le capitaine Balbi précise qu’en immersion complète, « sans renouvellement de l’air, la survie est de 7 jours ». « Nous n’excluons aucune hypothèse », répète la marine dans ses communiqués. Le sous-marin aurait dû regagner sa base de Mar del Plata dimanche ou lundi.