Etats-Unis: Un élu anti-LGBT démissionne après avoir été surpris avec un homme dans son bureau

SCANDALE Wesley Goodman, marié à une responsable d’une organisation anti-avortement, avait pourtant des positions très conservatrices…

20 Minutes avec agence

— 

Wesley Goodman, un élu anti-LGBT, a démissionné après avoir eu une relation avec un homme dans son bureau (illustration).
Wesley Goodman, un élu anti-LGBT, a démissionné après avoir eu une relation avec un homme dans son bureau (illustration). — STR/NEWSCOM/SIPA

Le représentant républicain de l’Ohio (Etats-Unis), Wesley Goodman, a été surpris dans son bureau avec un homme. Cette histoire aurait pu rester anecdotique s’il ne s’agissait pas d’un élu aux positions très conservatrices, notamment au sujet des homosexuels.

Comme le racontent plusieurs médias américains, dont Newsweek et le Washington Post, cet homme politique de 33 ans a démissionné de son poste.

« Mariage naturel »

Fervent défenseur du modèle familial composé d’un homme et d’une femme, Wesley Goodman prônait un « mariage naturel ». Sur son site internet, fermé depuis, il expliquait que « les familles saines, dynamiques, prospères et axées sur les valeurs sont la source de la fière histoire de l’Ohio et la clé de la grandeur future de cet État »,

Pour ce républicain, « les idéaux d’un père et d’une mère aimants, d’un mariage naturel et d’une communauté bienveillante méritent d’être poursuivis et protégés. »

>> A lire aussi : Etats-Unis: Danica Roem devient la première élue locale ouvertement transgenre

Marié à une anti-avortement

Fidèle à ses principes conservateurs, le représentant de l’Ohio est marié à une responsable d’une organisation anti-avortement. Pourtant, cela ne l’a pas empêché de se faire surprendre en plein rapport sexuel avec un homme dans son bureau alors qu’en 2015, il avait été accusé d’avoir voulu abuser d’un jeune homme.

L’homme de 33 ans a donc démissionné, laissant derrière lui ses combats anti-LGBT mais aussi sa défense de l’équilibre budgétaire, la baisse des impôts, le rejet de l’Obamacare et le droit à la vie et la liberté religieuse. « Je regrette sincèrement que mes choix et mes actions m’aient empêché de servir mes électeurs et notre Etat d’une manière qui reflète les meilleurs idéaux du service public », a-t-il assuré dans un communiqué.

>> A lire aussi : Etats-Unis: La ville d'Atlanta peint un arc-en-ciel sur la route pour célébrer la communauté LGBT