Tuerie au Japon: Le suspect mis en examen pour l'un des meurtres

ENQUETE Il a avoué les neuf meurtres dont il était soupçonné…

20 Minutes avec AFP

— 

L'appartement où on été retrouvés neuf corps à Zama, près de Tokyo, le 31 octobre 2017.
L'appartement où on été retrouvés neuf corps à Zama, près de Tokyo, le 31 octobre 2017. — Toru YAMANAKA / AFP

L’enquête avance. Takahiro Shiraishi, le Japonais de 27 ans soupçonné d’avoir tué et dépecé neuf personnes rencontrées sur Twitter a été mis en examen ce lundi pour un des meurtres. Le jeune homme aurait attiré ses victimes, âgées de 15 à 26 ans et presque toutes des femmes, dans son appartement en banlieue de Tokyo où il les aurait tuées, décapitées et découpées.

>> A lire aussi : Meurtres en série au Japon: «Falot», recruteur de prostituées, qui est Takahiro Shiraishi, le dépeceur de Tokyo?

Il a avoué les neuf meurtres et a été mis en examen lundi pour celui d’Aiko Tamura, 23 ans. Selon les médias il aurait dit avoir découpé la chair des corps pour la jeter aux ordures, puis répandu de la litière pour chats sur les restes dans l’espoir de dissimuler les preuves. La police avait fait la macabre découverte fin octobre.

Le frère d’une des victimes a aidé la police à retrouver le meutrier

L’homme a été dans un premier temps mis en examen pour avoir démembré un corps et l’avoir placé dans une glacière, une accusation qu’il n’avait pas démentie, avait alors indiqué un porte-parole de la police de Tokyo. Il serait entré en contact avec ses victimes sur Twitter en leur proposant de les aider à mourir, selon les médias japonais. Après la disparition de d’Aiko Tamura en octobre, son frère était parvenu à pirater le compte Twitter de la jeune femme et avait remarqué un pseudonyme suspect, selon la presse locale.

>> A lire aussi : Corps découverts au Japon: L'homme a commis ses crimes sur une période de deux mois

Il avait alors aidé la police à retrouver la trace de Shiraishi, qui a été arrêté le mois dernier dans son appartement contenant les restes en putréfaction de neuf personnes. La police a précisé que l’homme avait étranglé la jeune femme le 23 octobre et l’avait ensuite pendue « pour l’assassiner ». « Il a dit aux enquêteurs qu’aucune (des victimes) ne voulait vraiment mourir. Elles voulaient simplement trouver quelqu’un à qui parler », a expliqué un porte-parole de la police. Takahiro Shiraishi devrait à terme être mis en examen pour les neuf meurtres.