Harvey Weinstein avait une «liste secrète» de près de 100 personnes susceptibles de le dénoncer

HARCELEMENT Le producteur voulait savoir « si elles avaient l’intention de parler publiquement », selon le journal « The Observer », qui s’est procuré le document…

M.C.

— 

Harvey Weinstein au Festival de Cannes en 2015.
Harvey Weinstein au Festival de Cannes en 2015. — LOIC VENANCE / AFP

Des actrices et acteurs, des agents, des producteurs, et autres personnalités influentes dans l’industrie du cinéma qui en savaient trop. Selon The Observer, le producteur Harvey Weinstein avait dressé une liste de 91 personnes dont il voulait « découvrir ce qu’elles connaissaient des accusations d’inconduite sexuelle à son encontre, et savoir si elles avaient l’intention d’en parler publiquement ».

>> A lire aussi : Judd Apatow dénonce l’hypocrisie d’Hollywood

Ces noms – 48 femmes et 43 hommes – auraient été listés début 2017 selon The Observer, dans le cadre d’une stratégie du producteur destinée à empêcher qui que ce soit de dénoncer publiquement les actes de harcèlement, d’agressions sexuelles et de viols dont il est aujourd’hui accusé. Neuf mois plus tard, le scandale a finalement été révélé par un article du New York Times, paru le 5 octobre dernier.

Cibles prioritaires

Parmi les noms de cette liste cités par le journal britannique, qui publie une reproduction d’un extrait du document, ceux de l’actrice Rose McGowan, qui a depuis accusé Weinstein de viol, de Laura Madden, qui a dénoncé des faits de harcèlement du producteur, ou de Sophie Dix, une actrice anglaise qui affirme que la progression de sa carrière a été « sérieusement freinée » après avoir été agressée sexuellement par le producteur dans un hôtel londonien. La liste inclurait également le nom du réalisateur et producteur Brett Ratner, qui a lui-même fait l’objet d’accusations de violences sexuelles de la part de plusieurs femmes.

>> A lire aussi : La justice américaine crée une cellule spéciale pour examiner les accusations d'abus sexuels à Hollywood

Plus d’une cinquantaine de noms avaient été colorés en rouge pour indiquer les cibles prioritaires aux « enquêteurs » qui auraient été missionnés par Harvey Weinstein pour collecter un maximum d’informations, révèle encore The Observer. Début novembre, un article du New Yorker affirmait que Weinstein avait déployé une « armée d’espions » pour empêcher la publication d’accusations à son encontre.

Le producteur, pour sa part, « dément fermement » toutes les accusations de relations sexuelles non consenties.