Abus sexuels: Le Vatican enquête sur des cas dans une école de privée Rome

RELIGION Les abus sexuels auraient eu lieu entre jeunes étudiants se destinant à la prêtrise...

B.C. avec AFP

— 

Séminaristes devant Saint6pierre de Rome en mai 2010
Séminaristes devant Saint6pierre de Rome en mai 2010 — Pier Paolo Cito/AP/SIPA

Le Vatican a ouvert une nouvelle enquête sur de possibles abus sexuels commis avant 2013 au sein d’une école privée de Rome accueillant des enfants se destinant à la prêtrise, a annoncé samedi le Vatican. L’affaire impliquerait « un ancien élève du pré-séminaire Saint-Pie X », devenu prêtre par la suite, selon le communiqué du service de presse.

« A la suite de plusieurs signalements, anonymes ou non, des enquêtes furent menées à partir de 2013, à plusieurs reprises, aussi bien par les supérieurs du pré-séminaire que par l’évêque de Côme (nord) », diocèse auquel les éducateurs sont rattachés, précise le communiqué.

Abus entre séminaristes

Les faits, qui n’avaient pas pu être confirmés alors, « auraient concerné des élèves entre eux, dont certains n’étaient plus présents dans l’institution au moment des investigations », ajoute le Saint-Siège. L’ouverture d’une nouvelle enquête est justifiée par « l’apparition récente de nouveaux éléments. »

>> A lire aussi : Le pape François reconnaît qu'il s'endort parfois en priant

Dans un livre-enquête paru il y a quelques jours, Le pêché originel, le journaliste italien Gianluigi Nuzzi évoque cette affaire. L’ouvrage raconte que dans un palais du Vatican, un séminariste majeur aurait abusé sexuellement d’au moins un lycéen âgé de 17 ou 18 ans en 2011-2012, sous les yeux d’un témoin. Ce témoin polonais, Kamil Tadeusz Jarzembowksi, résidait alors dans une institution installée dans la Cité du Vatican et qui héberge des enfants et adolescents du monde entier envisageant de devenir prêtres.

Jusqu’à 140 visites nocturnes

Les pensionnaires fréquentent une école privée dans le centre de Rome et participent comme « enfants de chœur » aux messes célébrées dans la basilique Saint-Pierre.

Selon lui, un ancien élève autorisé à rester dans le palais venait très souvent le soir - jusqu’à 140 fois - pour avoir des relations sexuelles avec son camarade de chambre, alors âgé de 17 à 18 ans, qui « se sentait obligé de céder à ses exigences. »