Escalade militaire à la frontière colombienne

TENSIONS Le Venezuela et l’Equateur déploient leurs troupes… Nicolas Sarkozy devrait s'adresser aux Farc...

Sa. C. avec agence

— 

AFPTV

Alors que l'Organisation des Etats américains (OEA) doit de nouveau se réunir, mercredi, pour tenter de trouver une sortie diplomatique à la crise qui secoue la région andine, le Venezuela poursuit sa pression à la frontière colombienne.

Avertissement aux Etats-Unis

Dix bataillons sont ainsi en cours de déploiement, selon le ministre vénézuélien de la Défense, Gustavo Rangel Briceno. Cette mobilisation, ordonnée dimanche par le président Hugo Chavez, «n'est pas dirigée contre le peuple de Colombie, mais contre les visées expansionnistes de l'empire» américain, a déclaré le ministre, entouré de son état-major, lors d'une conférence de presse à Caracas.

Le président Chavez avait ordonné l'envoi de dix bataillons vers la frontière en raison de la crise déclenchée par le raid colombien contre la guérilla des Farc en territoire équatorien. Le ministre vénézuelien de la Défense a toutefois démenti mercredi que Caracas ait l'intention de fermer sa frontière avec la Colombie, comme l'avait annoncé mardi le ministre vénézuélien de l'Agriculture Elias Jaua.

L’Equateur pas en reste

Sur le front diplomatique, le président équatorien Rafael Correa poursuit, mercredi au Brésil, sa tournée régionale destinée à mobiliser ses homologues en sa faveur. «Nous sollicitons toutes les instances diplomatiques, et espérons que par les voies diplomatiques le pays obtiendra satisfaction. Toutefois, nous n'accepterons pas cet outrage», a-t-il assuré.

Et le président équatorien veut se montrer ferme: l'armée a déployé en renfort, mercredi, une unité d'élite à la frontière avec la Colombie. Environ 160 soldats Iwia (un mot indien shuar qui signifie "démon"), divisés en quatre groupes, sont venus renforcer les patrouilles dans la région de Sucumbios, selon l'AFP, à la frontière du département colombien de Putumayo, une zone productrice de coca où la guérilla est très influente. «Nous patrouillons avec pour consigne d'éviter les infiltrations de forces régulières ou irrégulières» en territoire équatorien, a déclaré à l'AFP un officier du corps d'élite Iwia qui inspectait une zone limitrophe de Sucumbios.

DIPLOMATIE

Nicolas Sarkozy a appelé mercredi les pays de la région andine et «tous les acteurs concernés» à «faire preuve de retenue et de responsabilité» dans la crise qui les oppose à propos des Farc, dans un entretien téléphonique avec son homologue vénézuélien Hugo Chavez.

Message

Selon le «Figaro», Nicolas Sarkozy devait s'adresser aux Farc dans la nuit de mercredi à jeudi. Dans un message diffusé sur la chaîne privée colombienne RCN Television, le président français devrait réitérer sa demande de libération d'Ingrid Betancourt.