Zimbabwe: Robert Mugabe refuse de céder à la pression des militaires et de démissionner

PUTSCH Le héros de l’indépendance règne sans partage sur l’ancienne colonie britannique depuis 1980…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président zimbabwéen Robert Mugabe (à droite), avec son vice-président Emmerson Mnangagwa, le 1er novembre 2017 à Harare.
Le président zimbabwéen Robert Mugabe (à droite), avec son vice-président Emmerson Mnangagwa, le 1er novembre 2017 à Harare. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Le président Robert Mugabe a catégoriquement refusé ce jeudi de renoncer au pouvoir sans partage qu’il exerce depuis trente-sept au Zimbabwe, au cours de discussions avec les généraux qui ont pris le contrôle de la capitale Harare.

>> A lire aussi : VIDEO. Zimbabwe: «Ce n’est pas un coup d'Etat contre Robert Mugabe mais plutôt contre la Première dame»

Placé en résidence surveillée dans la nuit de mardi à mercredi, le chef de l’Etat, 93 ans, a rencontré pour la première fois dans l’après-midi le chef de l’armée à la présidence à Harare, a rapporté une source proche des militaires. « Ils se sont rencontrés aujourd’hui. Il a refusé de démissionner, je pense qu’il essaie de gagner du temps », a déclaré cette source sous couvert de l’anonymat.

Le président sud-africain a dépêché deux de ses ministres sur place

Des images de la rencontre ont montré le président dans une veste bleu marine et un pantalon gris aux côtés du chef d’état-major, le général Constantino Chiwenga, tout sourire dans son treillis. Deux ministres sud-africains dépêchés par le président Jacob Zuma ont également participé à la réunion, selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères qui n’a donné aucun détail sur leurs discussions.

>> A lire aussi : VIDEO. Zimbabwe: Robert Mugabe a affirmé au président sud-africain être «détenu»

L’armée est intervenue quelques jours après l’éviction la semaine dernière du vice-président Emmerson Mnangagwa, qui s’était longuement opposé à la Première dame Grace Mugabe pour la succession du président. Proche des militaires, Mnangagwa, 75 ans, faisait figure jusque-là de dauphin potentiel de Robert Mugabe, dont la santé est vacillante. Des soldats et des blindés sont déployés depuis ce mercredi matin autour de plusieurs points stratégiques de la capitale.