Les échanges embarrassants entre Donald Trump Jr. et WikiLeaks

ETATS-UNIS Le site a demandé au fils aîné du président américain sa coopération… 

C. Ape.

— 

Le fils aîné du président américain, Donald Trump Jr.
Le fils aîné du président américain, Donald Trump Jr. — SAUL LOEB / AFP

Le fils aîné du président américain, Donald Trump Jr., a eu des échanges avec le site WikiLeaks avant et après l’élection de son père en novembre 2016, a révélé lundi le magazine The Atlantic, dévoilant des extraits de cette correspondance.

Des contacts reconnus par Donald Trump Jr., qui a publié ces échanges sur son compte Twitter avant de les relativiser, expliquant n’avoir répondu qu’à trois reprises aux sollicitations du site et ce, de manière assez brève.

Demande de fuites

Pourtant, l’équipe du Président avait assuré ne pas avoir de contact avec le site qui avait publié des mails internes au Parti démocrate après des piratages imputés par le renseignement américain à la Russie.

>> A lire aussi : Le chef du FBI se défend d'avoir influencé la présidentielle américaine

Qu’apprend-on des documents dévoilés par The Atlantic ? WikiLeaks, qui commence à publier des documents démocrates mi-octobre, contacte le fils aîné de Donald Trump, l’invite, tout comme son père, a cité un lien dans les messages que les deux hommes publient sur Twitter. Ce sera chose faite sur le compte de Donald Trump Jr. peu après.

Le 21 octobre, neuf jours après cette première demande, WikiLeaks demande à Donald Trump Jr. de faire fuiter des déclarations d’impôts du candidat républicain, des documents que Donald Trump a refusé de rendre public.

>> A lire aussi : Wikileaks trolle l'équipe de Trump après avoir annoncé qu'il ne publierait pas ses déclarations d'impôts

Le 16 décembre, rapporte The Atlantic, WikiLeaks suggère que Donald Trump laisse planer l’idée d’une nomination de Julian Assange à l’ambassade des Etats-Unis en Australie. « Bien sûr l’Australie ne le fera pas », promet le correspondant de Donald Trump Jr., « mais cela enverra le bon signal » à Canberra, mais également à Londres, où vit Julian Assange, dans la représentation diplomatique d’Equateur.