La France demande au Soudan de retrouver le Français disparu

ARMEE Il a sans doute été victime de tirs de l'armée soudanaise...

Avec agence

— 

Le Soudan continue de nier toute implication directe dans les combats au Tchad, où la nouvelle offensive va alourdir le contentieux entre les deux pays, N'Djamena accusant Khartoum de soutenir la rébellion pour occulter davantage la crise du Darfour.
Le Soudan continue de nier toute implication directe dans les combats au Tchad, où la nouvelle offensive va alourdir le contentieux entre les deux pays, N'Djamena accusant Khartoum de soutenir la rébellion pour occulter davantage la crise du Darfour. — Stuart Price AFP/AMIS/Archives

Un soldat français de la force européenne chargée de sécuriser l'est du Tchad et de la Centrafrique a été porté disparu lundi soir après un incident survenu au Soudan où son véhicule avait pénétré par erreur, ont annoncé les états-majors de l'Eufor Tchad-RCA et des armées à Paris.

Selon un communiqué de l'Eufor Tchad-RCA, cet «incident frontalier», premier incident notable depuis le début en janvier du déploiement de la force européenne- s'est produit dans la région de Tissi (localité tchadienne frontalière du Soudan, au sud-est de la zone d'opérations)».

La France a demandé «aux autorités soudanaises» leur aide pour «retrouver» ce soldat, un sergent des forces spéciales françaises, a annoncé le ministre de la Défense Hervé Morin.

Tirs hostiles

«Un véhicule léger de type Land-Rover a traversé non intentionnellement la frontière et pénétré sur 3 km en territoire soudanais», a précisé l'Eufor, indiquant qu'une «tentative de récupération du véhicule avait été confrontée à des tirs hostiles», contraignant les soldats à se replier.

De son côté, Khartoum a confirmé que les forces soudanaises ont échangé des tirs avec des soldats étrangers qui s'étaient égarées dans l'ouest du paysSoudan après avoir traversé deux fois la frontière avec le Tchad.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ali al-Sadiq, a dit ne pas pouvoir indiquer la nationalité des soldats qui ont traversé la frontière non balisée, précisant toutefois qu'ils étaient «blancs» et pas Tchadiens.

Un deuxième militaire récupéré légèrement blessé

De son côté, l'état-major des armées à Paris a indiqué, sans plus de détails, que le soldat porté disparu était de nationalité française et qu'un autre militaire français se trouvant dans le même véhicule avait été récupéré lors de cet incident qui s'est produit vers 15h locales (même heure à Paris).

Le second soldat, légèrement blessé, a été évacué par hélicoptère vers l'hôpital de campagne de Birao, en République centrafricaine. Le militaire blessé a expliqué que son collègue s'était «effondré» après avoir été pris sous le feu de militaires.

Deux morts côté africain

De son côté, l'armée soudanaise a fait état de deux morts soudanais dans l'incident, un militaire et un civil, accusant les forces étrangères d'avoir délibérément franchi la frontière.

«Vous ne pouvez pas faire quelque chose deux fois et dire que c'est une erreur», a lancé le porte-parole de l'armée, Osman Mohammed al-Agbash.

L'Eufor Tchad-RCA est chargée de veiller à la sécurité d'une mission de police de l'ONU ainsi que des centaines de milliers de réfugiés soudanais du Darfour et de personnes déplacées dans l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique.

Le déploiement de l'Eufor, qui comptera 3.700 soldats au total dont 2.100 Français, et devait initialement démarrer fin 2007, a été retardé en raison de l'offensive des rebelles tchadiens sur N'Djaména début février.